Fermer

Sénégal: confondu par son ADN, un père avoue avoir égorgé ses deux enfants

Mise à jour le 14/05/2020 à 14h28 Publié le 14/05/2020 à 13h37 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Un père avoue le meurtre sordide de ses deux enfants

Les deux victimes: Baye Daouda Touré, deux ans, et Serigne Mbacké Touré, quatre ans.

© Copyright : DR

#Sénégal : Partout au Sénégal, on se demande, sans comprendre, comment un père en est arrivé à égorger ses deux enfants. Bara Touré, dont la culpabilité a été prouvée par l’enquête de la police scientifique, est passé aux aveux.


L'enquête sur l'affaire des deux enfants égorgés dans la nuit du 26 au 27 septembre dernier à Touba connaît un rebondissement. Bara Touré père des victimes a avoué avoir tué ses enfants Baye Daouda Touré, deux ans, et Serigne Mbacké Touré, quatre ans.

Mis devant les faits et face à des preuves irréfutables de sa culpabilité, il a cessé de nier et est passé aux aveux devant les enquêteurs. Pourtant deux jours après le meurtre de ses propres enfants, Bara Touré avait tenté de se suicider après avoir été convoqué par les enquêteurs. Il est resté interné à l’hôpital pendant plusieurs jours. Une ruse qui n’a pas empêché les pandores de la Police criminelle de croire à son implication dans cet abominable drame familial.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Faits divers: trois meurtres sordides choquent les Sénégalais

Il a été cueilli, mardi, au domicile d’un de ses amis dans la périphérie de Touba, et placé en garde à vue dans un lieu tenu secret dans la ville sainte entre les mains de la DIC.

Selon la presse locale, le père de famille a été perdu par les résultats des analyses ADN et des indices chimiques effectuées par un laboratoire qui se trouve à Bordeaux, en France. En effet, au lendemain du drame, la Division des investigations criminelles (DIC) et les experts de la police scientifique et technique avaient effectué des prélèvements buccaux sur les personnes suspectes, relevé des empreintes digitales et mis sous scellé l’arme du crime.

Selon des sources du journal, tous ces éléments ont été envoyés à Bordeaux. Ce qui a permis de retrouver l’ADN du père sur presque toutes les pièces à conviction.

Une question demeure: le mobile du meurtre. En effet, pour le moment les enquêteurs n'ont toujours pas fourni la moindre explication sur les raisons qui ont pu pousser un homme menant une vie calme à assassiner ses enfants. 

Le 14/05/2020 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé