Fermer

Vidéo. Sénégal: arrestation musclée de "l’insulteur" du chef de l’État

Mise à jour le 04/06/2020 à 18h08 Publié le 03/06/2020 à 14h06 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
L'insulteur du chef de l'Etat

L'insulteur du chef de l'Etat

© Copyright : Dr

#Sénégal : Assane Diouf passe pratiquement tout son temps à déverser sa bile sur le président Macky Sall, dans les termes les plus crus. C’est vers 6H du matin, lundi 1er juin, que les forces de l’ordre se sont présentées à son domicile pour le cueillir.

La vidéo de son arrestation à 6H du matin à son domicile a rapidement fait le tour des réseaux sociaux, avec des avis très partagés. En effet, des agents en tenue civile se sont rendus, tôt dans la matinée du lundi 1er juin pour procéder à l’interpellation de Assane Diouf qui avait proféré des insultes en langue wolof à l’endroit du chef de l’Etat Macky Sall. Dans la vidéo incriminée, d’une trentaine de secondes à peine, il professe menaces et insanités à l’endroit du président qu’il considère comme son ennemi.

Même si cette arrestation musclée réalisée dans la nuit finissante a de quoi interpeller les militants des droits de l’Homme, Assane Diouf n’est pas exempt de reproches. Il n’est pas non plus inconnu de la justice.


>>>LIRE AUSSI: La CEDEAO condamne le Sénégal à verser 20 millions à "L’insulteur public N°1"

L'histoire de Assane Diouf, c’est celle d’un immigré qui vivait tranquillement aux Etats-Unis et qui un beau jour, à la veille de la présidentielle sénégalaise de février 2019, s’est découvert des talents d’activistes. Il diffuse alors des vidéos en direct sur les principaux réseaux sociaux, notamment Facebook et YouTube.

Ses lives sont suivis par des milliers de personnes, une grande première au Sénégal, où il bat tous les records d’audience. Assane Diouf s’est presque senti pousser des ailes.




La particularité du personnage est d’enchaîner les insultes les plus vulgaires, sans doute s’est-il senti protégé par la liberté d’expression si chère au pays de l’Oncle Sam.

Il prend pour cible Macky Sall et sa famille, mais aussi des ministres et même des familles religieuses soufies auxquelles même les puissants du gouvernement de se frottent jamais.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: 5 ans de prison requis contre un activiste qui insultait Macky Sall

Commence alors une descente aux enfers. Ses détracteurs fouilleront les archives pour trouver une vidéo datant de 2006 et réalisée par la chaîne M6 dans l’émission "Capital" sur la communauté mouride de New York. Le jeune Assane Diouf de l’époque y reconnaît à visage découvert avoir immigré clandestinement aux Etats-Unis en ayant usurpé les papiers d’une de ses connaissances, ce qui constitue un grave délit et qui est un motif d’expulsion immédiate, même si l’intéressé a séjourné dans le pays pendant deux décennies et qu’il est marié à une Américaine.

Assane Diouf sera alors déporté dans son pays avec la garantie qu’il ne sera pas emprisonné pour ses insultes. Sauf que Assane ne sait pas tenir sa langue. Dès son arrivée à Dakar, il reprend ses fameux lives. Il sera arrêté et détenu longtemps avant d'être jugé, ce qui vaudra à l'Etat du Sénégal une condamnation à lui payer 20 millions de francs CFA par la Cour de justice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). 

Non seulement cette sentence de la juridiction internationale ne sera pas appliquée, mais Assane Diouf passera encore plusieurs mois en prison avant d'être remis en liberté. 
Le 03/06/2020 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé