Fermer

CAN 2017: les télévisions africaines préoccupées par la hausse des coûts de retransmission

Mise à jour le 18/05/2016 à 17h37 Publié le 18/05/2016 à 17h02 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Sports
CAN2017
© Copyright : DR

#Sénégal : L’Union africaine de radiodiffusion (UAR), qui s’est réunie ce mardi 17 mai dans la capitale sénégalaise, veut mettre un terme à la hausse exponentielle des droits de retransmission des événements sportifs, à commencer par la CAN 2017. Dans ce cadre, 25 pays ont signé la "Déclaration de Dakar".

Les directeurs de radiotélévisions publiques africaines, regroupés au sein de l’Union africaine de radiodiffusion (UAR), sont préoccupés par la hausse vertigineuse des droits de retransmission des événements sportifs.

A titre d’exemple, les droits de retransmission de la CAN, détenus par le Groupe Lagardère, sont passés de 450 millions de FCFA à 900 millions de FCFA entre 2011 et 2015. Un montant hors de portée pour beaucoup de télévisions du continent aux faibles moyens. Le Nigeria a ainsi renoncé à acheter les droits télés de la CAN 2017. Parce que les «Super Eagles» ne sont pas qualifiés ?

Pour mettre un terme à cette «surenchère», d’après le terme de Grégoire Ndjaka, le président de l’UAR, 25 pays ont signé, hier, la Déclaration de Dakar. Comportant 5 résolutions, cette déclaration envisage, en premier lieu, de mettre fin aux négociations individuelles. Pour se faire entendre, les télévisions africaines ont décidé de parler d’une seule voix. Désormais, l’UAR, mandatée par ses Etats membres, «sera la seule structure habilitée» à négocier en leur nom.

Dans cette perspective, deux comités ont été créés à l’issue de la rencontre de Dakar : un comité chargé de la stratégie et de la négociation, et un autre chargé de l’élaboration d’un mémorandum.

Si le combat est loin d’être gagné par l’UAR à l’heure du football-business, cette dernière peut compter sur le soutien du président sénégalais.

«Le foot a cessé d’être un simple jeu de divertissement, c’est maintenant un phénomène sociétal, une préoccupation politique. Dès lors, les autorités de ce sport doivent faciliter la tâche aux médias», a déclaré Macky Sall, qui demande à la CAF d’arrêter cette «sur-commercialisation» des espaces de diffusion pour garantir la retransmission des compétitions sportives phares comme la CAN sur tout le continent.

Des millions d’Africains privés de suivre la CAN à la télévision ? L’hypothèse n’est guère saugrenue au rythme où évoluent les droits de retransmission.

Le 18/05/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo