Fermer

Ligue des Champions: Face à l'ES Tunis, l'impossible remontada du Horoya de Conakry

Publié le 21/03/2017 à 11h41 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Sports
Horoya vs Es Tunis

Horoya vs Es Tunis au stade du 28 Septembre.

© Copyright : Horoya AC

#Tunisie : Face à l'expérimentée Espérance de Tunis, le Horoya Athletic club de Conakry n'a pas pu réaliser l'exploit tant espéré. La victoire (2-1) du club de la banlieue de Conakry n'aura servi qu'à sauver l'honneur. Il est éliminé de la Ligue des champions d'Afrique.

A Conakry, le club et ses supporteurs croyaient pouvoir imiter le FC Barcelone. Le mot remontada était donc sur toutes les lèvres durant les derniers jours qui ont précédé le match. Sur la pelouse du stade 28 Septembre de Conakry, le Horoya y a cru jusqu'au bout. Mais sans y parvenir. A deux buts à un à 36 minutes de la fin du temps réglementaire, le club de Conakry était à un but de l'égalisation du score sur les deux matchs. Mais ce but ne viendra jamais à cause des parades du portier de l'Espérance, Moez Ben Cherifia.


LIRE AUSSI: Coupe de la CAF: pourquoi l'IR de Tanger a renversé et éliminé l'AS Kaloum de Conakry


 


L'Espérance sportive de Tunis qui  s'était imposée (3-1) à l'aller, part donc aux huitièmes de finale en dépit de sa défaite à Conakry. Quant au Horoya, désormais unique club guinéen en compétition internationale, il est reversé en Coupe de la Confédération africaine... Leader incontestable du football guinéen, le club de Matam est encore à la traine sur le plan continental.

L'élimination prématurée du Horoya a poussé certains supporteurs a demandé le départ de l'entraineur français Victor Zvunka. A la fin du match, certains s'en sont violemment pris à son véhicule, alors qu'il sortait du stade. La police a dû intervenir pour sauver l'entraineur dont les choix des joueurs sont souvent désapprouvés par les supporteurs et au sein de la presse sportive.

Samedi dernier, l'autre club phare de la Guinée,  l'As Kaloum, a été éliminé de la Coupe de la CAF par l'IR de Tanger.
Le 21/03/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou