Fermer

Vidéo. Tunisie: Lotfi Brahem préparait-il un coup d’Etat?

Mise à jour le 14/06/2018 à 10h55 Publié le 13/06/2018 à 17h15 Par Karim Zeidane

#Politique
Lotfi Brahem, ministre de l'Intérieur

Lotfi Brahem, ministre de l'Intérieur limogé.

© Copyright : DR

#Tunisie : Le limogeage du ministre de l’Intérieur, Lotfi Brahem, continue à susciter des remous en Tunisie après l'annonce d’une tentative de coup d'Etat initiée par celui-ci en complicité avec les services secrets des Emirats arabes unis. En réaction, certains Tunisiens ont manifesté leur colère.

Le récent limogeage de l’ancien ministre de l’Intérieur tunisien continue à susciter des remous. Si cette décision faisait officiellement suite au drame de la migration après la catastrophe de l’ile de Kerkennah, de nombreuses autres explications sont avancées depuis pour expliquer le limogeage de ce colonel major de la garde nationale tunisienne.
 


Au-delà du drame de la migration, ce sont surtout les ambitions politiques de l’ex-ministre de l’Intérieur qui ont précipité son limogeage.

En effet, si les ambitions de l’ex-ministre de l’Intérieur ne faisaient l’ombre d'aucun doute, d’après Mondafrique, celui-ci a voulu accélérer le mouvement en essayant de renverser le pouvoir en place. Selon le site d’information, l’ancien ministre de l’Intérieur planifiait un coup d’Etat avec la complicité du chef des services secrets des Emirats arabes unis qui avait séjourné récemment en Tunisie. Le soutien des Emiratis s’expliquant par le souhait de ceux-ci «d’écarter définitivement de la vie politique tunisienne les islamistes du mouvement Ennahda».


LIRE AUSSI: Tunisie. Naufrage: le ministre de l'Intérieur limogé


La manœuvre aurait été découverte par les services de renseignement français, allemands et algériens qui ont alerté le gouvernement Chahed.

Ces révélations divisent la classe politique tunisienne. Les autorités tunisiennes semblent prendre très au sérieux ces informations. Ainsi, selon le nouveau ministre de l’Intérieur par intérim, Ghazi Jribi, «s’il y a suffisamment de preuves pour donner crédit à ces informations, nous ouvrirons une enquête».

La population tunisienne aussi est sotie de son silence. Certains ont manifesté leur mécontentement contre les Emirats et l’Arabie saoudite qui seraient derrière cette tentative de renverser le pouvoir en place.

Quant aux partisans de l’ex-ministre, ils fustigent ces accusations et appellent à l’ouverture d’une enquête sur la véracité des détails de cette affaire divulguée par Mondafrique.
Le 13/06/2018 Par Karim Zeidane