Fermer

Algérie: le parti "Jil Jdid" dénonce un Etat en «pleine déconfiture»

Mise à jour le 22/10/2018 à 00h55 Publié le 21/10/2018 à 10h03 Par Le360 Afrique - MAP

#Politique
Bouteflika nomme un cyber espion
© Copyright : DR

#Tunisie : L’État algérien est «en pleine déconfiture» au regard du spectacle offert par les députés de la majorité engagés dans un «coup de force» contre le président de l’Assemblée populaire nationale (APN) pour le démettre de ses fonctions, a déploré le parti algérien «Jil Jadid».

«Le spectacle déplorable de la déchéance, non pas d’un homme, le président de l’APN (…), mais de toutes les institutions républicaines, révèle, à l’évidence, que l’État algérien est en pleine déconfiture», écrit «Jil Jadid» dans un communiqué rendu public samedi.

Pour ce parti, la sécurité nationale est désormais mise en péril, puisque «la guerre des gangs s’amplifie et plus rien n’est préservé: Présidence de la République, APN, gouvernement, partis politiques, Armée…».


LIRE AUSSI: Algérie: Voici pourquoi Le Figaro prédit la tempête


Il estime à cet égard qu’au-delà des graves entorses faites à la loi par des députés «hommes-de-mains, pour certains de purs malfrats qui auraient dû être derrière les barreaux», la crise à la chambre basse du Parlement «accélère la dégénérescence d’un régime illégitime et foncièrement maléfique».

«L’histoire jugera sévèrement les hommes de ce pouvoir dont l’égoïsme, le narcissisme, la médiocrité et la cupidité auront défié l’entendement, au point d’avoir consommé à leur profit, tout le capital symbolique de la Nation», déplore le parti de Soufiane Djillali.

Le 21/10/2018 Par Le360 Afrique - MAP