Fermer

Blanchiment d’argent: voici les 6 pays africains figurant sur la «liste noire» de l'UE

Mise à jour le 14/02/2019 à 15h54 Publié le 14/02/2019 à 15h43 Par Moussa Diop

#Politique
blanchiment d'argent, devises
© Copyright : DR

#Tunisie : La Commission européenne vient de mettre à jour sa nouvelle «liste noire» des pays dont les dispositifs de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont jugés insuffisants. Sur 23 pays concernés, on en dénombre 6 pays africains.

La Commission européenne a publié le mercredi 13 février courant la liste des pays dont elle juge insuffisants les dispositifs de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Selon elle, 23 pays présentent des carences stratégiques dans leurs cadres de lutte contre ces phénomènes.

Parmi eux figurent 6 pays africains: Botswana, Ethiopie, Ghana, Libye, Nigeria et Tunisie, alors que l'Ouganda a été retiré de la liste des pays "blacklistés".

Selon la Commission, cette liste est le résultat de la nouvelle méthode d’évaluation conforme aux critères de la 5e directive anti-blanchiment entrée en vigueur en juillet 2018. En tout, 54 pays ont été passés au peigne fin et 23 d’entre eux ont été épinglés.


LIRE AUSSI: Paradis fiscaux: la Tunisie retirée de la liste noire


La liste des pays incriminé sera soumise au Parlement et au Conseil européen pour approbation.

Pour la Commissaire de la Justice, les consommateurs et l’égalité des genres, Vèra Jourová, «l’argent sale est le moteur de la criminalité organisée et du terrorisme. J’invite les pays figurant sur la liste à remédier rapidement à leurs carences. La Commission est disposée à collaborer étroitement avec eux afin de résoudre ces problèmes dans notre intérêt mutuel».

Au-delà du préjudice en termes d’image, l’inscription d’un pays sur la liste noire de la Commission européenne contraint les banques et les instances soumises aux règles de l’Union européenne à procéder à des contrôles renforcés des opérations financières impliquant les pays qui y sont inscrits. Une situation qui complique les transactions entre les pays incriminés et les 28 pays de l’Union européenne.
Le 14/02/2019 Par Moussa Diop