Fermer

Tunisie. Présidentielle: l'indépendant Kais Saied rejette toute alliance

Mise à jour le 17/09/2019 à 21h43 Publié le 17/09/2019 à 21h40 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Kais Saïed
© Copyright : DR

#Tunisie : Le candidat indépendant Kais Saied, arrivé en tête du premier tour de l‘élection présidentielle en Tunisie, a écarté mardi l’idée d’une alliance avec des partis, à trois semaines d’un scrutin législatif qui devrait redessiner le paysage politique du pays.

“Il n’y a pas d’alliance entre des partis politiques, ou avec un parti ou une coalition de partis, il y a un projet”, a-t-il déclaré à la presse.

“Celui qui veut adhérer est libre de le faire”, a-t-il poursuivi.

Le parti de son adversaire au deuxième tour, Nabil Karoui, hommes d’affaires en prison, a de son côté appelé à la mobilisation pour les législatives du 6 octobre.

“On souhaite tous que la deuxième étape permette aux Tunisiens de choisir leurs représentants au Parlement (et) à la présidence de la République tunisienne,” a déclaré Hatem Mliki, porte-parole de Nabil Karoui, sous le coup d’une enquête pour blanchiment d’argent et fraude fiscale et incarcéré depuis le 23 août.


LIRE AUSSI: Tunisie. Officiel: Karoui et Saïed s'affronteront bien au second tour de la présidentielle


Le dirigeant du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, candidat pour la première fois aux législatives, a également appelé ses partisans à voter en nombre à ce scrutin afin qu’Ennahdha pèse dans la composition du gouvernement.

Il a souligné qu’il revenait à la choura, l’organe consultatif du mouvement, de décider quel candidat soutenir à la présidentielle puisque celui présenté par Ennahdha, Abdelfattah Mourou, est arrivé troisième au premier tour avec 12,9% des voix.

Sept millions de Tunisiens sont appelés à élire leurs députés le 6 octobre, lors d’un scrutin à un tour, tandis que le second tour de la présidentielle est prévu le 6 ou le 13 octobre.
Le 17/09/2019 Par Le360 Afrique - Afp