Fermer

Tunisie: un déconfinement ciblé progressif à partir du lundi 4 mai, mode d’emploi

Mise à jour le 04/05/2020 à 11h50 Publié le 03/05/2020 à 14h49 Par Moussa Diop

#Politique
Entreprises tunisiennes
© Copyright : DR

#Tunisie : La Tunisie, premier pays du Maghreb à avoir enregistré un cas de Covid-19, va entamer à partir du lundi 4 mai un déconfinement ciblé progressif pour relancer l'économie, à l'arrêt. Le pays affiche depuis quelques semaines des niveaux quotidiens de nouvelles contaminations globalement faibles.

La Tunisie entame son déconfinement ciblé et progressif à partir du lundi 4 mai 2020. Une décision prise après environ un mois et demi de confinement total, pour faire face à la progression du coronavirus sur son territoire. 

Sur un plan pratique, cette reprise est un véritable casse-tête pour les autorités. En effet, plusieurs métiers, qui étaient fermés dans le cadre du confinement général, vont rouvrir. Ce sont donc plusieurs centaines de milliers de citoyens opérant dans le secteur libéral, l’artisanat et d’autres petits métiers qui vont reprendre le travail, le lundi 4 mai.

Il faut souligner que les cafés, les restaurants et les mosquées restent fermés.

Il s’agit pour les autorités tunisiennes d'éviter que ce déconfinement ciblé progressif ne soit la source d’une nouvelle vague de hausse des contaminations, comme c’est actuellement le cas en Algérie après la réouverture de certains commerces.


LIRE AUSSI: Tunisie: près de 83% des entreprises impactées par le Covid-19, selon l'IACE


Face à cette éventualité, les autorités ont pris les devants. D’abord, le port du masque est obligatoire pour tout le monde. 

En plus, les citoyens qui doivent reprendre leur travail sont tenus de remplir un formulaire retiré du site web du ministère des Affaires locales et le faire tamponner par les agents municipaux, de la police ou de la garde.

Ces derniers conditionneront l'apposition de leur tampon au respect des conditions sanitaires au niveau des commerces et ateliers: règles de distanciation, disponibilité de gels hydro-alcooliques et masques, etc.

En outre, tout le monde ne pourra pas se remettre au travail dès demain. Afin d’éviter les bouchons et les difficultés de respect de la nécessaire distanciation sociale, le gouvernement a décidé la règle de l’alternance en fonction des numéros pair ou impair de la carte d’identité nationale.

Ainsi, les personnes ayant un numéro de carte d’identité se terminant par un chiffre pair travailleront les jours pairs et ceux dont la carte d'identité se termine par un numéro impair travailleront les jours impairs.


LIRE AUSSI: Tunisie. Tourisme: la saison touristique 2020 est déclarée définitivement perdue


Enfin, le transport public n’est accessible qu’à ceux qui sont autorisés à travailler.

Ce déconfinement progressif se justifie pour plusieurs raisons. D’abord, à un niveau purement sanitaire, la Tunisie, premier pays touché au Maghreb, et second pays au niveau du continent après l’Egypte, a su réagir rapidement en mettant en place un confinement total, une mesure couvre-feu ferme, en fermant cafés et restaurants et autres commerces, et en interdisant les rassemblements et les prières collectives.

Ces mesures ont donné des résultats globalement très positifs en ce qui concerne la baisse du niveau des contaminations quotidiennes.

La Tunisie avait ainsi franchi la barre des 1.000 cas positifs confirmés, et recensait, ce matin du dimanche 3 mai, 1.009 cas confirmés, pour 323 guérisons et 42 décès. Cela fait plus de quinzaine de jours que le nombre de nouveaux cas détectés est inférieur à 20 cas par jour, malgré un nombre de tests effectués beaucoup plus important, comparativement aux pays voisins du Maghreb. C’est dire que le pays est engagé sur la bonne voie pour vaincre le coronavirus.


LIRE AUSSI: Tunisie. Coronavirus: fin de l'année scolaire sauf pour le baccalauréat


Ensuite, ce début de déconfinement est nécessaire pour relancer l’activité économique, en net ralentissement à cause du confinement.

Plusieurs pans de l’économie tunisienne, mal en point durant la décennie écoulée à cause des dommages du «Printemps arabe» et du terrorisme, sont devenus plus fragiles.

Des faillites sont d’ailleurs inévitables dans certains secteurs liés au tourisme, durement affecté par l'impact de la pandémie du coronavirus.

Par ailleurs, en déconfinant partiellement la population, les autorités permettent aux travailleurs exerçant des petits métiers, dans le secteur  informel, de pouvoir gagner leur vie et ne pas dépendre des maigres, mais utiles, soutiens financiers du gouvernement.

Enfin, il faut souligner que le retour prudent au travail va s’effectuer en trois phases, s’étendant successivement du 4 au 24 mai, 25 mai au 4 juin et du 5 au 14 juin.
Le 03/05/2020 Par Moussa Diop