Fermer

Tunisie: la vaccination démarre le 14 mars avec seulement 30.000 doses

Publié le 10/03/2021 à 13h29 Par Karim Zeidane

#Politique
Covid-19 Tunisie
© Copyright : DR

#Tunisie : Le gouvernement vient de montrer son échec dans sa politique de gestion du Covid-19. Malgré l’explosion des cas, le pays figure parmi les derniers du continent à acquérir des vaccins, avec un premier lot de Spoutnik-V négligeable, contribuant à la réticence des Tunisiens à se faire vacciner.

La Tunisie vient d’acquérir 30.000 doses du vaccin Spoutnik-V de Russie. Il s’agit du premier lot acquis par le pays qui figure pourtant dans le top 3 des pays les plus touchés par la pandémie du Covid-19 au niveau du continent africain. Ce lot est annoncé comme la première tranche d’une commande de 500.000 doses adressée au laboratoire russe.

A la suite de cette acquisition, les autorités sanitaires du pays ont annoncé que le début de l’opération de vaccination anti-Covid-19 démarrera le samedi 14 mars 2021.

>>> LIRE AUSSI: Tunisie: polémique et empoignade entre la présidence et le Premier ministre pour une poignée de vaccins

Cette acquisition de 30.000 doses intervient après celle de 500 à 1.000 doses acquise fin février suite à un don des Emirats arabes unis qui a envenimé les relations déjà tendues entre la présidence et la primature. Le Premier ministre Hichem Mechichi s’est démarqué de l’acquisition de ces doses par la présidence et a ouvert une enquête «pour faire la lumière sur les circonstances de l’arrivée de ces doses de vaccins et de leur distribution». La présidence avait répondu avoir reçu 1.000 doses mises à la disposition des services de santé militaire et civil.

Une polémique pour une poignée de doses qui a suscité l’ire des Tunisiens et haussé les tensions au sommet de l’Etat, particulièrement entre le président Kaïs Saied et son Premier ministre Hichem Mechichi, dont les relations étaient déjà tendues depuis le dernier remaniement ministériel que le Président n’a pas approuvé.

>>> LIRE AUSSI: Découverte d'un nouveau variant du Covid-19 en Tunisie

Toujours dans ce cafouillage au niveau de la gestion de la pandémie, la Tunisie qui devait recevoir 93.000 doses de vaccin anti-Covid-19 Pfizer-BioNTech du programme Covax, attend toujours ce lot. Bien que la Tunisie soit le premier pays africain a autorisé sa commercialisation exceptionnelle, les autorités tunisiennes n’avaient pas ratifié certaines clauses du contrat avec Pfizer/BioNTech.

En effet, en plus de la confidentialité du contrat d’acquisition des vaccins, Pfizer oblige les Etats acquéreurs à signer une requête stipulant que le laboratoire n’est pas responsable des effets secondaires de son vaccin. Et tant que les autorités tunisiennes ne signeront pas cet accord, elles ne recevront pas les vaccins du laboratoire américain, malgré une commande de 2 millions de doses.

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: la Tunisie durcit les conditions d’entrée sur son territoire

Cet échec d’acquisition de vaccins illustre la mauvaise gestion de la pandémie par les autorités. Après avoir été considéré comme l’un des meilleurs élèves du monde en matière de gestion du Covid-19 lors de la première vague de contagion, le pays est devenu l’un des plus mauvais de la planète.

Ainsi, alors qu’elle n’avait qu’un peu plus de 1.300 cas cumulés de Covid-19 à fin juillet 2020, lors de la réouverture des frontières du pays, une décision mal étudiée, la Tunisie compte actuellement plus de 238 613 cas cumulés, ce qui la positionne au troisième rang africain des pays les plus touchés derrière l’Afrique du Sud (1.522.692 cas) et le Maroc (486.833 cas), malgré une faible population de 12 millions d’habitants et le peu de tests réalisés comparativement aux deux pays les plus touchés (1.01 million de tests).

>>> LIRE AUSSI: Tunisie: la double douleur des familles des victimes du Covid-19

Enfin, la conséquence de cette gestion désastreuse, des tensions au sommet de l’Etat et du manque de communication, les Tunisiens sont de plus en plus réticents à se faire vacciner. Ainsi, seulement 514.000 personnes, soit 4,3% de la population, se sont inscrites sur la plateforme Evax dédiée à la vaccination, alors que l’Etat compte administrer les vaccins à au moins 50% de la population d’ici la fin de l’année et, à cet effet, a commandé 10 millions de doses attendus d’ici la fin 2021.

A titre de comparaison, le Maroc, second pays le plus affecté du continent a déjà reçu 8,5 millions de doses et a vacciné plus de 4 millions de personnes dans le cadre de sa politique visant à immuniser sa population. 
Le 10/03/2021 Par Karim Zeidane