Fermer

Tunisie. Covid-19: la situation épidémiologique est inquiétante et la vaccination patine

Mise à jour le 06/04/2021 à 14h36 Publié le 06/04/2021 à 14h14 Par Moussa Diop

#Société
hopitaux tunisiens saturés
© Copyright : DR

#Tunisie : Les contagions au Covid-19 connaissent une nouvelle hausse avec des taux de positivité aux tests très élevés à cause du variant britannique. Les lits de réanimation sont presque saturés dans toutes les régions, alors que la vaccination patine. Les professionnels tirent la sonnette d’alarme.

Alors que la situation s’améliore un peu partout en Afrique, à quelques exceptions près, en Tunisie, l’inquiétude grandit. Les contagions quotidiennes demeurent élevées, les hôpitaux sont en phase de saturation et le personnel de santé en détresse. A titre d’illustration, sur 5.286 tests Covid-19 réalisés le lundi 5 mars, 1.133 étaient positifs. Ainsi, avec un taux de positivité dépassant les 23%, Jilila Ben Khlil, porte-parole du Comité scientifique de lutte contre le coronavirus, a souligné sur les ondes d’Express FM, que la situation sanitaire est alarmante.

En plus de la hausse des contagions, la propagation du variant britannique est aussi source d’inquiétude et ce, d’autant plus que cette nouvelle souche anglaise du Covid-19 cible les jeunes et les enfants avec le risque d’une accélération de la propagation du virus sachant que ce variant est 70% plus contagieux que que la souche primaire.

>>> LIRE AUSSI: Tunisie: lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19

Pire encore, la majorité des personnes qui sont porteuses de ce nouveau variant ont vu leur état se dégrader en moins de 24 heures, contre quelques jours pour la souche de base quand l'état du patient se dégradait au point d'avoir besoin d'être admis en réanimation.

Conséquence, plusieurs unités hospitalières sont saturées. Le taux d’occupation des lits dans les services de réanimation a atteint les 100% dans plusieurs établissements. Ainsi, la majorité des patients trouvent la mort dans les services d’urgences avant même d’accéder à une place en réanimation.

Preuve de cette aggravation de la crise sanitaire, 17 gouvernorats (sur le 24 que compte le pays) et 95 délégations zones sont actuellement classés à haut ou à très haut risque.

>>> LIRE AUSSI: Tunisie. Covid-19: troisième vague, le ministre de la Santé tire la sonnette d’alarme

Les professionnels de santé sont au bout du souffle. Selon eux, cette recrudescence des contagions s’explique grandement par le laisser-aller et le non-respect des gestes barrières et du protocole sanitaire, en particulier dans les cafés.

Face à cette situation, les membres du Comité et plusieurs professionnels de santé alertent et demandent le renforcement des mesures sanitaires. Ainsi, dans une publication, le Dr Rafik Boujdaria, chef de service de médecine d’urgence à l’hôpital Abderrahmane Mami de l’Ariana avertit, "la Tunisie fait face à une dangereuse vague, causée notamment par le variant britannique, dans une grave indifférence collective, une campagne de vaccination très lente et une crise gouvernementale sans précédent, qui paralyse toutes les institutions, ce qui laisse présager une véritable catastrophe sanitaire".

>>> LIRE AUSSI: Le vaccin anti-Covid-19 rompt-il le jeûne? Voici l’avis du mufti de Tunisie

Outre le respect rigoureux des mesures barrières et l'application d'amendes en cas de non respect des mesures édictées par les autorités, notamment le port du masque, le personnel de santé demande l’avancement de l’heure du couvre-feu durant le mois du ramadan.

Les médecins demandent aussi une accélération de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Sur ce point, en dépit de la disponibilité de doses, la vaccination n’arrive pas à prendre sa vitesse de croisière. Entamée le 13 mars dernier, en 23 jours, la Tunisie n’a en effet vacciné que 88.543 personnes, soit une moyenne quotidienne de 3.850 injections.

Un rythme très faible et ce, d’autant plus que les vaccins sont disponibles pour accélérer le rythme. Jusqu'à maintenant, la Tunisie a reçu un peu plus de 506.000 doses de vaccins anti-Covid-19 (30.000 Spoutnik V, 177 600 Pfizer-BioNTech, 200.000 Sinovac et 98.400 AstraZeneca-Oxford).

>>> LIRE AUSSI: Tunisie: l'exode inquiétant des jeunes médecins fragilise le secteur de la santé

En clair, ce n’est pas la disponibilité des vaccins qui pose de problème. Et encore moins des candidats à la vaccination sachant que sur la plateforme Evax dédié à la vaccination, plus de 891.464 personnes sont déjà inscrites à la date du 5 avril 2021.

Outre l’acquisition de nouvelles doses, les autorités sont donc appelées à ouvrir de nouveaux centres de santé de base pour permettre à la population d’accéder plus facilement aux centres et ainsi d'accélérer la vaccination.

Depuis l’apparition du premier cas de Covid-19 en Tunisie, en mars 2020, le pays a enregistré 261.177 cas confirmés dont 219.912 guérisons et 8.993 décès. 
Le 06/04/2021 Par Moussa Diop