Fermer

Algérie: le président Tebboune met en garde contre une "contre-révolution"

Mise à jour le 13/08/2020 à 09h41 Publié le 13/08/2020 à 08h50 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Tebboune

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

© Copyright : DR

#Algérie : Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a mis en garde mercredi contre une "contre-révolution" visant à déstabiliser l'Algérie après avoir limogé des cadres administratifs locaux accusés d'incurie dans la mise en oeuvre des décisions gouvernementales.

"Il y des blocages volontaires et des enquêtes sont en cours sur les responsables", a averti Tebboune dans un discours prononcé devant les "walis" (préfets) du pays.

"Le gouvernement prend des décisions pour soulager la souffrance des citoyens et elles ne sont pas appliquées sur le terrain", a poursuivi le chef de l'Etat en évoquant un acte de "la contre-révolution".

"Il y a des forces qui agissent contre la stabilité du pays", a-t-il dénoncé.

Mardi soir, le président Tebboune avait annoncé le limogeage ou la suspension pour négligence de plusieurs responsables administratifs locaux.

Des enquêtes ont été ouvertes pour "malversations" et "abus de confiance" dans la réalisation de projets de développement locaux.


LIRE AUSSI: Algérie: les éléphants blancs de Tebboune pour sauver l'économie


L'Algérie est confrontée depuis un an et demi à une crise politique, à la suite d'un soulèvement populaire antirégime ("Hirak"), doublée d'une menace de marasme économique en raison de la chute des prix du pétrole et de l'épidémie de Covid-19.

Les vastes enquêtes pour corruption et népotisme lancées après la démission en avril 2019 du président Abdelaziz Bouteflika contre des caciques de son régime, sous la pression du "Hirak", ont conduit à une série d'actions en justice.

"Au niveau local, la bureaucratie, le gaspillage des deniers publics, les défaillances manifestes dans le contrôle des marchés publics, les trottoirs délabrés et constamment retapés, le manque d'eau, de gaz, d'électricité sont encore vécus comme un cauchemar. Il fallait donc agir", s'est félicité mercredi le quotidien officiel El Moudjahid.  
Le 13/08/2020 Par Le360 Afrique - Afp