Fermer

Zimbabwe: décès d'un compagnon de Mugabe et Mnangagwa responsable des massacres de 1980

Mise à jour le 29/07/2020 à 10h49 Publié le 29/07/2020 à 10h48 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Zimbabwe: décès d'un compagnon de Mugabe et Mnangagwa responsable des massacres de 1980

Perrance Shiri, compagnon de Mugabe et Mnangagwa.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le ministre zimbabwéen de l'Agriculture, Perrance Shiri, ex-commandant d'une unité de l'armée responsable des massacres de Gukurahundi au début des années 1980, est décédé à l'âge de 65 ans, a annoncé mercredi le président Emmerson Mnangagwa.


"Je suis profondément attristé d'informer la nation du décès du ministre de l'Agriculture, le général Perrance Shiri, un ami et collègue de longue date", a déclaré le président dans un tweet.

Il était "un vrai patriote qui a consacré sa vie à la libération, l'indépendance et au service de son pays", a-t-il ajouté sans préciser la cause de son décès.

Perrance Shiri n'avait pas participé au conseil des ministres mardi.

Selon le journal indépendant NewsDay, son chauffeur est décédé du Covid-19 ce week-end et le ministre a été hospitalisé après avoir été exposé au virus.

Perrance Shiri a commandé la tristement célèbre 5e brigade de l'armée qui a causé la mort, selon les historiens, de quelque 20.000 personnes lors des massacres de Gukurahundi, des opérations de répression organisées dans la région de Matabeleland (ouest) entre 1983 et 1984.

Il a ensuite dirigé pendant plusieurs années l'armée de l'air, jusqu'à la démission en 2017, à la suite d'un coup de force de l'armée, du président Robert Mugabe, au pouvoir pendant trente-sept ans.

Fin 2017, il a été nommé ministre de l'Agriculture par le successeur de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa.

Ce dernier est soupçonné d'avoir organisé les massacres de Gukurahundi, alors qu'il était ministre de la Sécurité sous Robert Mugabe.

"Il est tragique que (...) Shiri soit décédé avant de comparaître devant la justice pour les atrocités de Gukurahundi qu'il a commises", a réagi mercredi Jonathan Moyo, un ancien ministre de Robert Mugabe aujourd'hui en exil. "Que Dieu veille à ce que les victimes de Shiri reposent en paix pour la vie éternelle", a-t-il ajouté dans un tweet.
Le 29/07/2020 Par Le360 Afrique - Afp