Fermer

Gambie: le président sortant Adama Barrow largement réélu

Mise à jour le 06/12/2021 à 08h01 Publié le 05/12/2021 à 22h41 Par Kofi Gabriel

#Politique
Adama Barrow

Adama Barrow, président de la Gambie.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le président sortant, Adama Barrow, vient d'être réélu, et devance très largement son principal rival et vétéran de la politique gambienne Ousainou Darboe. Pour son second mandat, il aura comme principal défi de relever l’économie gambienne, durement affectée par la pandémie du Covid-19.

Un second mandat consécutif pour le président sortant Adama Barrow, qui vient d'être réélu président de la Gambie. D'après les résultats globaux annoncés ce dimanche soir par le président de la Commission électorale indépendante, le président sortant l’emporte avec 53,2% des suffrages. 

Le président sortant l’emporte avec 458 519 (sur quelque 900 000 électeurs), loin devant son principal concurrent et ancien mentor, Ousainou Darboe avec 238 253 des voix. 

L’élection présidentielle gambienne s'effectue au scrutin proportionnel à un tour. Est élu président le candidat qui arrive en tête des voix exprimées.

Les adversaires ont dit contester ces résultats et se réserver "tous les moyens d'action". "Pour le moment, nous rejetons les résultats jusqu'à présent annoncés" par la commission, a dit devant la presse Ousainou Darboe, aux côtés de deux autres de ses concurrents.




Cette élection, qui s’est déroulée dans le calme, a été considérée comme un test pour les progrès démocratiques réalisés par la Gambie et pour sa capacité à tourner définitivement l’ère de l’ancien dictateur Yahya Jammeh.

>>> LIRE AUSSI: La Gambie élit son président pour panser les plaies de la dictature et du Covid

Adama Barrow, un ancien promoteur immobilier, aujourd’hui âgé de 56 ans, et quasiment inconnu à sa première élection, avait déjoué les pronostics en battant le dictateur Yahya Jammeh qui avait dû passer la main, après plus de 22 ans de régime caractérisé par une multitude d’atrocités: assassinats, disparitions forcées, viols, actes de tortures...

Il s’agit là pour les Gambiens, de leur premier vote sans l’ancien président Yahya Jammeh, qui vit en exil en Guinée équatoriale. L’ancien président avait tenté de persuader ses partisans de voter pour une coalition d’opposition dans des discours téléphoniques qui ont été relayés lors des rassemblements de campagne. Son influence n’a pas suffi à ébranler la performance d'Adama Barrow.

>>> LIRE AUSSI: Gambie: élection présidentielle à l'ombre de l'ex-dictateur Jammeh et du Covid-19

Le premier mandat d'Adama Barrow a été marqué par la pandémie du Covid-19 qui a fortement impacté l’économie gambienne, fortement tributaire du tourisme, ainsi que des exportations d’arachides et de poisson.

Ses principaux défis, dans l’immédiat, seront économiques. Il doit relever une économie durement affectée par la pandémie du Covid-19, et faire face à une inflation galopante des prix des produits de base (riz, sucre, huile, etc.), ce qui rend la vie difficile pour les 2,5 millions de Gambiens.

Le 05/12/2021 Par Kofi Gabriel

à lire aussi