Fermer

Éthiopie: la rébellion annonce son retrait de toutes les régions, sauf du Tigré

Mise à jour le 20/12/2021 à 15h57 Publié le 20/12/2021 à 13h30 Par Le360 Afrique

#Politique
Tigré
© Copyright : DR

#Autres pays : Dans un courrier adressé à Antonio Guterres, l'Armée de libération des peuples du Tigré (TPLF) annonce solennellement son retrait de l'ensemble des zones où elle était présente, à l'exception du Tigré. Elle est en guerre depuis plus d'une année avec le gouvernement central.


C'est peut-être le début d'un tournant important dans la guerre en Ethiopie. Le TPLF a adressé un courrier au secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres pour l'informer de sa décision unilatérale de se retirer de toutes les régions où, il était présent, sauf bien entendu de la région qui lui sert de base, le Tigré. 

"Nous avons décidé de nous retirer de ces zones vers le Tigré. Nous voulons ouvrir la porte à l'aide humanitaire", a déclaré Getachew Reda, porte-parole du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Cette annonce ouvre une nouvelle phase de ce conflit meurtrier qui oppose depuis plus d'un an les forces progouvernementales aux rebelles tigréens et à leurs alliés.


Jusqu'ici, le TPLF qualifiait d'"absolument pas envisageable" un retrait de ces deux régions, réclamé par le gouvernement comme préalable à des négociations.

"Nous menons des retraits phase par phase. Nous avons commencé à retirer nos forces il y a quelques semaines. Nous l'annonçons maintenant", a expliqué lundi Reda Getachew, affirmant notamment que les rebelles ont "quitté" Lalibela.

Cette ville classée par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité a plusieurs fois changé de mains, comme d'autres localités.

Des conditions humanitaires déplorables


Depuis fin octobre, les deux parties revendiquent chacune des avancées territoriales majeures mais les communications sont coupées dans les zones de combats et l'accès des journalistes y est restreint, rendant difficile toute vérification indépendante des positions sur le terrain.

La guerre a éclaté en novembre 2020 après que le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée fédérale dans la région septentrionale du Tigré afin d'en destituer les autorités locales, issues du TPLF, qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.




C'est la première fois que la rébellion annonce officiellement son retrait, mais depuis quelques semaines, elle subissait des revers sur le front, notamment suite à l'annonce de Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien, de se rendre dans les zones de guerre pour mener lui-même la contre-offensive. 

Les forces rebelles du Tigré avaient auparavant occupé des régions stratégiques, pratiquement laissées sans défense par les forces éthiopiennes. 

La guerre au Tigré dure depuis novembre 2020, quand les forces tigréennes du TPLF ont refusé des nominations importantes au sein du commandement local de l'armée fédérale. 


Abiy Ahmed avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais en juin, le TPLF a repris l'essentiel du Tigré, puis avancé dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara.

Le conflit a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d'Éthiopiens dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.

Vendredi, l'organisation mondiale a donné son feu vert à un mécanisme international d'enquête sur les exactions commises en Éthiopie.

Les intenses efforts diplomatiques menés notamment par l'Union africaine pour tenter de parvenir à un cessez-le-feu n'ont jusqu'à présent permis aucun progrès décisif.

Le 20/12/2021 Par Le360 Afrique