Fermer

Soudan: le Premier ministre démissionne, de nouveaux manifestants tués

Mise à jour le 02/01/2022 à 23h55 Publié le 02/01/2022 à 23h55 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Abdallah Hamdok

Abdallah Hamdok, économiste, désigné au poste de Premier ministre.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le Premier ministre Abdallah Hamdok, visage civil de la transition au Soudan, a démissionné dimanche à l'issue d'une nouvelle journée meurtrière dans le pays où les généraux sont désormais seuls aux commandes.

Alors que la rumeur ne cessait d'enfler et que la presse locale assurait qu'il ne se présentait plus à son bureau depuis des jours, Hamdok a jeté l'éponge dimanche soir, expliquant longuement sur la télévision d'Etat avoir tout tenté mais avoir finalement échoué dans un pays dont la «survie» est selon lui «menacée» aujourd'hui.

Les différentes forces politiques du pays sorti en 2019 de 30 années de dictature militaro-islamiste d'Omar el-Béchir sont trop «fragmentées», a-t-il dit, et les camps civil et militaire trop irréconciliables pour qu'un «consensus» vienne «mettre fin à l'effusion de sang» et donner aux Soudanais le slogan phare de la révolution anti-Béchir de 2019: «liberté, paix et justice».

Cet ancien économiste onusien qui avait obtenu l'effacement de la dette du Soudan et sa sortie du ban mondial n'a pas connu un moment de répit depuis le coup d'Etat du 25 octobre.

Ce jour-là, son principal partenaire, le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, l'a fait placer en résidence surveillée au petit matin. Et avec lui, la quasi-totalité des civils des autorités de transition, rompant brutalement l'attelage baroque de 2019.

>>> LIRE AUSSI: Soudan: accord pour un retour du Premier ministre près d'un mois après le putsch

Alors, la pression populaire forçait l'armée à démettre l'un des siens, Omar el-Béchir. Généraux et civils s'entendaient sur un calendrier de transition qui prévoyait une remise du pouvoir tout entier aux civils avant des élections libres en 2023.

Mais le 25 octobre, le général Burhane a rebattu les cartes: il a prolongé de deux ans son mandat de fait à la tête du pays et réinstallé un mois plus tard Hamdok, tout en ayant préalablement remplacé bon nombre de responsables -notamment au sein du Conseil de souveraineté qu'il chapeaute-, en extrayant les partisans les plus actifs d'un pouvoir civil.

Khartoum coupée du monde

Aussitôt, Hamdok est devenu l'ennemi de la rue, le «traître» qui aidait les militaires à «faciliter le retour de l'ancien régime».

Les manifestants, qui depuis le 25 octobre conspuent le général Burhane dans la rue, se sont mis à le conspuer lui aussi.

>>> LIRE AUSSI: Soudan: trois ans après la "révolution", la démocratie est encore loin

Car dans un pays presque toujours sous la férule de l'armée depuis son indépendance il y a 65 ans, les manifestants le clament: ils ne veulent «ni partenariat, ni négociation» avec l'armée.

Et ils le redisent de plus en plus souvent au risque de leur vie: dimanche, de nouveau, parmi les milliers de Soudanais sortis dans les rues, trois ont été tués par des balles ou des coups de bâton des forces de sécurité, rapporte un syndicat de médecins pro-démocratie.

En tout, depuis le 25 octobre, 57 manifestants ont été tués et des centaines blessés.

Dans un ballet désormais rôdé, les autorités ont d'abord tenté une nouvelle fois dimanche, en vain, de tuer la mobilisation dans l'oeuf en érigeant barrages physiques et virtuels.

Khartoum est depuis plusieurs jours coupée de ses banlieues par des containers placés en travers des ponts sur le Nil.

>>> LIRE AUSSI: Soudan: en près d'un mois, 40 morts dans la répression des manifestations

Sur les principaux axes, les forces de sécurité juchées sur des blindés armés de mitrailleuses lourdes surveillent les passants.

L'internet et les communications par téléphones portables ont cessé de fonctionner le matin et n'ont été rétablis qu'en soirée.

"Les militaires à la caserne"

Toute l'après-midi, les partisans d'un pouvoir civil ont scandé par milliers «Les militaires à la caserne» et «Le pouvoir au peuple», tandis que des jeunes sur des motos sillonnaient la foule, évacuant des blessés car à chaque mobilisation les ambulances sont bloquées par les forces de sécurité.

Les militants appellent à faire de 2022 «l'année de la poursuite de la résistance», réclamant justice pour les dizaines de manifestants tués depuis le putsch, mais aussi pour les plus de 250 civils abattus lors de la «révolution» de 2019.

En face, un conseiller du général Burhane a jugé vendredi que «les manifestations ne sont qu'une perte d'énergie et de temps» qui ne mènera «à aucune solution politique».

>>> LIRE AUSSI: Quatre manifestants tués au Soudan totalement coupé du monde

Outre les morts et la coupure du téléphone et d'internet, les forces de sécurité sont également accusées d'avoir eu recours en décembre à un nouvel outil de répression: le viol d'au moins 13 manifestantes, selon l'ONU.

En outre, chaque jour et dans chaque quartier, les Comités de résistance, petits groupes qui organisent les manifestations, annoncent de nouvelles arrestations ou disparitions dans leurs rangs.

Les Européens ont déjà exprimé leur indignation, de même que le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken et les Nations unies. Tous plaident pour un retour au dialogue comme préalable à la reprise de l'aide internationale coupée après le putsch dans ce pays, l'un des plus pauvres au monde.

Blinken a prévenu samedi que les Etats-Unis étaient «prêts pour répondre à tous ceux qui cherchent à empêcher les Soudanais de poursuivre leur quête d'un gouvernement civil et démocratique».
Le 02/01/2022 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi