Fermer

L'envoyé américain pour l'Afrique se rend en Arabie saoudite, au Soudan et en Ethiopie

Mise à jour le 15/01/2022 à 10h03 Publié le 15/01/2022 à 09h58 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
David Satterfield

David Satterfield, nouvel émissaire américain pour la Corne de l'Afrique.

© Copyright : DR

#Autres pays : L'envoyé spécial des Etats-Unis pour la Corne de l'Afrique se rendra la semaine prochaine en Arabie saoudite, au Soudan et en Ethiopie, dans un contexte de crise dans ces deux pays africains, a annoncé vendredi le département d'Etat américain.

David Satterfield et la secrétaire d'Etat adjointe Molly Phee se rendront à Riyad, Khartoum et Addis-Abeba du 17 au 20 janvier. A Riyad, ils rencontreront les Amis du Soudan, un groupe qui appelle à la restauration du gouvernement de transition du pays après un coup d'Etat militaire en octobre.

La réunion vise à «mobiliser le soutien international» pour la mission de l'ONU afin de «faciliter une nouvelle transition civile vers la démocratie» au Soudan, selon le communiqué. Satterfield et Mme Phee se rendront ensuite à Khartoum, où ils rencontreront des militants pro-démocratie, des groupes de femmes et de jeunes, des organisations civiles et des personnalités militaires et politiques.

>>> LIRE AUSSI: Ethiopie: les drones turcs, arme clé dans l'évolution récente de la guerre

«Leur message sera clair: les Etats-Unis sont engagés en faveur de la liberté, de la paix et de la justice pour le peuple soudanais», indique le communiqué. En Ethiopie, les deux responsables s'entretiendront avec le Premier ministre Abiy Ahmed afin de trouver une solution à la guerre civile qui s'aggrave. «Ils encourageront les représentants du gouvernement à saisir l'opportunité de la paix en mettant fin aux frappes aériennes et aux autres hostilités», indique le communiqué. Ils demanderont également l'instauration d'un cessez-le-feu, la libération des prisonniers politiques et le rétablissement de l'accès humanitaire.

Le Tigré est le théâtre depuis 14 mois d'un conflit armé entre gouvernement fédéral et anciennes autorités locales, issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), qui a dirigé l'Ethiopie durant près de 30 ans jusqu'à l'arrivée au pouvoir d'Abiy Ahmed en 2018.

>>> LIRE AUSSI: Corne de l'Afrique: nouvel émissaire américain, sur fond d'impasse en Ethiopie et au Soudan

Le TPLF, qui avait menacé l'année dernière de marcher sur Addis-Abeba, s'était retiré en décembre dans son fief, et le gouvernement n'a pas poursuivi les rebelles sur le terrain. Au moins 108 civils ont été tués depuis janvier dans des frappes aériennes qui auraient été menées par les forces aériennes éthiopiennes dans la région du Tigré, selon l'ONU vendredi.
Le 15/01/2022 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi