Fermer

Niger: débat demain vendredi au Parlement sur la présence de forces françaises et étrangères

Mise à jour le 21/04/2022 à 10h48 Publié le 21/04/2022 à 10h47 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Forces barkhane
© Copyright : DR

#Autres pays : Les députés nigériens débattront et voteront vendredi sur la présence, dénoncée par des ONG locales, de forces étrangères pour combattre les jihadistes au Niger, a appris l'AFP jeudi de sources parlementaire et gouvernementale.


"Le débat suivi d'un vote sur la présence des forces étrangères dans notre pays dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, se tiendra demain vendredi", a indiqué une source gouvernementale.

Le résultat du vote laisse peu de place au doute, le parti au pouvoir du président Mohamed Bazoum disposant d'une écrasante majorité à l'Assemblée nationale.

Le document soumis aux députés, consulté par l'AFP, souligne que le Niger "est quasiment encerclé par les groupes terroristes. Malgré les efforts déployés pour contenir la menace aux abords de nos frontières, le bilan humain et économique est lourd".

>>> LIRE AUSSI : Niger: prochain débat au Parlement sur la présence des forces étrangères

Il ajoute que "l'évolution de la situation sécuritaire requiert un engagement commun des gouvernements de notre pays et d'autres nations pour une lutte efficace contre le terrorisme, dans le cadre de coopérations bilatérales ou multilatérales existantes ou futures".

"Les forces spéciales des pays amis seront déployées" et "installées sur les territoires dans les pays membres de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) affectés par la menace", dont "le Bénin, le Ghana, le Niger et la Côte d'Ivoire", indique le texte.

Il précise qu'au Niger "qui abrite déjà des bases de forces étrangères, de nouvelles implantations seront créées plus près des théâtres des opérations" au Mali et "les lieux de stationnement, les modalités d'opérations" seront discutés "avec la hiérarchie militaire".

Dans un communiqué, les partis d'opposition ont estimé que la démarche du gouvernement vise "à contourner l’obligation de communiquer aux députés nationaux les textes relatifs aux accords de défense et de sécurité, au titre de la régularisation du redéploiement des forces Barkhane et Takuba au Niger".

>>> LIRE AUSSI : Libye: le secrétaire d'Etat américain demande le retrait des forces étrangères

Hassoumi Massoudou, ministre nigérien des Affaires étrangères a récemment soutenu que son pays souhaitait "un accroissement de l'intervention de nos partenaires", car "avec le départ des forces françaises du nord du Mali, nous nous attendons à ce qu'il ait une plus grande pression des terroristes sur notre pays".

Dans sa lutte contre les mouvements jihadistes liés à Al-Qaïda et au groupe État islamique (EI), le Niger bénéficie du soutien de plusieurs pays occidentaux, dont la France et les Etats-Unis, qui ont des bases militaires à Niamey et dans la région d'Agadez (nord).

Mais des ONG nigériennes dénoncent cette présence de militaires étrangers qu'elles considèrent comme "des forces d'occupation" et "une menace pour la souveraineté du pays".

Le 21/04/2022 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi