Fermer

Afrique du sud: la prétendue mère des décuplés internée en hôpital psychiatrique

Mise à jour le 22/06/2021 à 14h53 Publié le 22/06/2021 à 14h50 Par Mar Bassine

#Société
Afrique: la prétendue mère des décuplés internée en hôpital psychiatrique

Gosiame Sithole et Tebogo Tsotetsi.

#Autres pays : Alors que de nombreuses images circulent sur la naissance, au Maroc, des nonuplés maliens, près de deux semaines après la venue au monde des décuplés sud-africains, personne n'a encore pu en témoigner, pas même le propre père des enfants.


Et si l’histoire de la naissance présumée des décuplés sud-africains était en train de tourner au mélodrame? En effet, Gosiame Thamara Sithole, celle qui se présente comme la mère des dix enfants nés le 8 juin 2021, a été admise en hôpital psychiatrique. Son avocat affirme qu’elle y est détenue contre son gré.

Gosiame Sithole a été transférée à l’hôpital de Tembisa à Johannesburg pour une évaluation psychiatrique, quelques jours après que son compagnon Tebogo Tsotetsi a affirmé qu’il ne croit plus à l'existence des dix bébés.


>>>LIRE AUSSI: Insolite: une Sud-Africaine donne naissance à 10 bébés

Gosiame Sithole a d’abord été interpellée par la police, alors qu’elle se trouvait dans la maison d’un de ses proches dans le Towship de Ralie Rige près de la capitale économique sud-africaine dans la matinée du mardi 17 juin. C’est ensuite qu’elle a été confiée à l’assistance sociale qui l’a alors transférée à l’hôpital pour les besoins d’une évaluation de son état mental.

La police sud-africaine s’est basée sur un signalement de disparition la concernant pour procéder à son interpellation. Les autorités sécuritaires ont donc écarté les rumeurs d’éventuels crimes ou délits qu’elle aurait commis.

En réalité, le doute a commencé à émerger concernant les bébés quand l’hôpital, où elle prétend avoir accouché, a catégoriquement démenti l’avoir eue comme patiente.

Son avocat affirme, depuis son internement, que la jeune femme de 37 ans et mère présumée de décuplés est détenue contre son gré. Il a décidé d’introduire un recours devant la justice pour exiger sa libération.

Maître Mokoena affirme notamment que la visite légale a été refusée à sa cliente. Elle affirme également que Gosiame Sithole avait demandé à consulter un psychologue privé au lieu de l’institut hospitalier vers lequel elle a finalement été conduite par l’assistance sociale sud-africaine.
Son avocat soutient qu’elle a clairement signifié son refus d’aller à l’hôpital parce qu’elle se sentait bien.

Selon la presse locale, notamment le site d’information IOL qui cite toujours son avocat, Gosiame Sithole aurait fait l’objet de «torture morale», de «privation de nourriture» et aurait même été «menottée».


>>>LIRE AUSSI: Maroc: la Malienne et ses neuf bébés vont bien, pas de sortie avant "deux mois"

«Quand j’ai quitté l’hôpital de Tembisa, elle a clairement fait comprendre qu’elle était détenue contre son gré, je suis dans l’obligation d’introduire une requête auprès du tribunal pour sa libération immédiate», a dit son avocat.

Une manifestation a même été organisée au lendemain de son internement par ses proches, des membres de sa famille et des associations de défense des droits de la femme pour la faire libérer, sans succès.

Pour sa part, Gosiame Sithole a accusé son compagnon, Tebogo Tsotetsi de vouloir se servir de la naissance des enfants pour devenir millionnaire. Elle affirme qu’il n’est intéressé que par les dons éventuels.

Selon elle, la principale raison, qui la pousse à ne pas révéler l’endroit où elle cache sa mystérieuse progéniture, est de garantir leur sécurité.

Elle répondait ainsi à Tebogo Tsotetsi et à sa famille qui maintenaient n’avoir vu ni les enfants ni elle, depuis qu’elle a annoncé leur naissance. En effet, les Tsotetsi ont diffusé un communiqué dans lequel ils affirment qu’ils ne croiront à cette histoire de naissance de décuplés que quand il y aura des preuves tangibles.

Le 22/06/2021 Par Mar Bassine

à lire aussi