Fermer

Vidéo. Mali: Amadou Touré, l'artisan qui fait de boîtes de conserve des jouets et émerveille les enfants

Mise à jour le 03/05/2020 à 11h21 Publié le 03/05/2020 à 09h45 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Vidéo. Mali: Amadou, l'artisan qui transforme les boîtes de conserve en merveilles
© Copyright : DR

#Mali : Amadou Touré donne une seconde vie aux boites de conserve et autres matières plastiques qu’il transforme soigneusement en jouets (motos, avions, camions, etc.), au grand bonheur des enfants. Ses oeuvres ont été reconnues par l’Assemblée permanente des chambres de métiers du Mali (APCMM).

Grâce à son métier, le jeune Amadou Touré, originaire de Mopti, fait le bonheur des enfants bamakois en fabriquant des jouets dont des avions, des vélos, des motos, des véhicules, des camions, etc.

Ce jeune handicapé fabrique soigneusement ces jouets en ne laissant aucun détail au hasard, et transforme des bouts de ferraille, d’aluminium et de caoutchouc en véritable œuvres d’art. 

Pour la matière première, Touré utilise les boîtes de conserve et des matières plastiques qui se trouvent en abondance dans la capitale malienne.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: le handicap physique n'est plus un facteur d'exclusion sociale


Le jeune homme a débuté son activité dans sa région natale, Mopti. Il y a connu un certain succès, grâce aux touristes qui venaient visiter la région.

Toutefois, à partir de 2012, et le lancement de la rébellion du Nord-Mali, les touristes ont disparu à cause des problèmes liés à l'insécurité dans la région. Une situation qui a poussé Touré à quitter la région de son enfance et à s’installer à Bamako, où le pouvoir d’achat de la population est bien meilleur.


Amadou Touré s'est installé dans un quartier en pleine expansion de la capitale malienne, Moussabougou, où il pratique son art.

D’ailleurs, il a pu intégrer son activité de récupération dans le répertoire des métiers de l’Assemblée permanente des chambres de métiers du Mali (APCMM).

Ses œuvres se vendent aujourd'hui entre 3.000 (5 euros) et 20.000 francs CFA (30,50 euros) et font le bonheur des enfants bamakois, ce qui lui assure des revenus et son indépendance économique. 
Le 03/05/2020 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté