Fermer

Sénégal: l'opposant Sonko soutient Assimi Goïta et officialise sa candidature à la présidentielle

Publié le 18/08/2022 à 18h19 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Sénégal: l'opposant Sonko soutient Assimi Goïta et officialise sa candidature à la présidentielle
© Copyright : Le360

#Sénégal : Le principal opposant sénégalais Ousmane Sonko a officialisé jeudi sa candidature à la présidentielle de 2024 et a accusé le président Macky Sall et la France de se liguer pour l'empêcher de se présenter.


Il a consacré une partie de son discours au courage du chef de l'Etat malien, très apprécié et populaire au Sénégala, en particulier chez les jeunes. "Je me permets de féliciter nos frères maliens, de leur dire qu'ils font notre fierté, de les encourager à rester sur cette voie, d'encourager le président Assimi Goïta. Parce qu'il n'a pas perdu la face, ce sont ceux qui voulaient l'humilier qui aujourd'hui sont obligés d'aller à Bamako manger du fonio", a-t-il dit. Il faisant clairement allusion à son rival Macky Sall qui s'est rendu récemment auprès du président de la République du Mali pour demander la libération des 49 soldats ivoiriens actuellement incarcérés. 

La candidature de Ousmane Sonko, troisième à la présidentielle de 2019, ne faisait de doute pour personne depuis longtemps.

>>> LIRE AUSSI: Sénégal: la garde à vue de l'opposant Ousmane Sonko levée, vers l'apaisement du climat politique

M. Sonko, 49 ans, chef du parti Pastef, élu maire de Ziguinchor (sud) en janvier, tient un discours à la fois souverainiste, panafricaniste et social, pourfendant les élites et la corruption. Il pilonne aussi l'emprise économique et politique exercée selon lui par l'ancienne puissance coloniale française et les multinationales.

Défenseur des valeurs religieuses et traditionnelles, tranchant par son âge avec une grande partie de la classe politique, à l'aise dans les médias, l'ancien inspecteur des impôts à la rapide ascension politique jouit d'une grande popularité parmi les jeunes dans une population dont plus de la moitié a moins de 20 ans.



Ses détracteurs dénoncent en lui un populiste n'hésitant pas à souffler sur les braises sociales. Il est depuis 2021 sous le coup d'une inculpation pour viols présumés contre une employée d'un salon de beauté où il allait se faire masser. Sa mise en cause avait contribué à plusieurs jours d'émeutes meurtrières, de pillages et de destructions. M. Sonko crie à la machination du pouvoir.

"Moi Ousmane Sonko, s'il plaît à Dieu et si mon parti le veut, je suis candidat à l'élection présidentielle de 2024. Personne n'est mieux placé que nous pour gagner", a déclaré M. Sonko devant la presse à Dakar.

C'est parce que Macky Sall et la France redoutent son avènement que, "tous les jours, leurs laboratoires tournent à plein régime en fabriquant énormément de complots. Leur objectif est de trouver un motif de condamnation pour empêcher la candidature de Ousmane Sonko", a-t-il ajouté.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Sénégal: soupçons de complot ourdi par la coalition au pouvoir contre l'opposant Ousmane Sonko

Il a accusé M. Sall de susciter des dossiers "de terrorisme, de rébellion, de viol imaginaire fabriqués avec le soutien de la France" et s'en est pris à des "médias français, porte-voix officieux de l'Elysée" qui le décriraient en "dangereux homme politique".

Il a répété ne rien avoir contre le peuple français. Un autre opposant, l'ancien ministre Malick Gackou, a annoncé mercredi sa candidature en 2024.

M. Sonko officialise sa candidature dans la foulée des législatives du 31 juillet. Le camp présidentiel y a perdu la majorité absolue au Parlement et ne devrait bénéficier d'une majorité d'une seule voix grâce au ralliement d'un député isolé.

Le 18/08/2022 Par Le360 Afrique - Afp