CAN 2023: les Ivoiriens fous de joie après la consécration des Éléphants

Supporters des Éléphants de côte d'Ivoire.
Le 12/02/2024 à 11h59

VidéoLes rideaux de la Coupe d’Afrique des nations CAN TotalEnergies se sont refermés ce dimanche 11 février 2024 au Stade olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé à Abidjan, après un mois de compétition. La Côte d’Ivoire, pays organisateur de cette 34ème édition de la fête du football africain, l’emporte cette année se hissant donc au sommet de l’Afrique. La joie est à son comble dans la capitale économique et partout dans le pays.

Ce dimanche 11 février 2024 restera gravé dans les mémoires des supporters ivoiriens et du monde entier comme une journée de gloire et de triomphe. Dans un match électrisant, mais stressant, les Éléphants de Côte d’Ivoire ont remporté la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2023 à domicile en battant les Super Eagles du Nigeria (2-1), déclenchant une vague de joie sans précédent à travers le pays. «On ne vaut rien, mais on a remporté la CAN, la Côte d’Ivoire est la meilleure», pouvait-on entendre chanter les supporters depuis le stade, avant d’envahir, en liesse, les rues de la capitale économique pour continuer la célébration du sacre des Éléphants.

Moribonde au premier tour, la Côte d’Ivoire est allée jusqu’au bout de sa trajectoire incroyable pour remporter sa troisième Coupe d’Afrique en dominant le Nigeria (2-1) en finale, dans un stade d’Abidjan en transe. Cette troisième étoile revêt une signification particulière pour les Ivoiriens, qui ont été témoins des hauts et des bas de l’équipe nationale au cours de la compétition.

Cette fois, ce n’est pas un miracle. Les Éléphants ont mérité leur victoire, grâce à des buts de Franck Kessié et Sébastien Haller, d’une tête pachydermique pour le premier, et en coupant tout en subtilité la trajectoire du ballon au premier poteau pour le second. Les deux centres sont venus de Simon Adingra.

Une victoire qui marque ainsi le début d’une nouvelle ère pour le football ivoirien, mais aussi pour tout le pays. Elle restera à jamais gravée dans les mémoires comme un moment de fierté et de bonheur partagé.

Par Emmanuel Djidja (Abidjan, correspondance)
Le 12/02/2024 à 11h59