Fermer

Tunisie-Algérie: la nouvelle taxe imposée aux transporteurs algériens soulève un tollé

Mise à jour le 05/06/2018 à 13h13 Publié le 05/06/2018 à 13h12 Par Karim Zeidane

#Economie
poste frontalier Algérie-Tunisie
© Copyright : DR

#Algérie : La Tunisie vient d’instaurer une nouvelle taxe douanière pour les véhicules lourds algériens qui entrent sur son territoire. Les transporteurs doivent ainsi s’acquitter d’une somme équivalente à 200 dinars tunisiens pour franchir la frontière. Une décision qui soulève un tollé, côté algérien.

Depuis hier, lundi 4 juin 2018, les camions de marchandises venant de l’Algérie et se rendant en Tunisie sont soumis à une taxe de 200 dinars tunisiens, soit l’équivalent de 14.000 dinars algériens, au niveau des postes frontaliers et des ports tunisiens. La taxe ne concerne que les transports de marchandises.

Cette nouvelle taxe suscite l’ire des camionneurs algériens dont les véhicules transitent quotidiennement par centaines entre l’Algérie et la Tunisie. Elle augmente les prix des produits algériens distribués sur le marché tunisien. 

Les opérateurs algériens interprètent cette taxe comme un moyen de limiter l’entrée et la commercialisation de leurs produits en Tunisie dans le but de favoriser la production locale.


LIRE AUSSI: Tunisie-Algérie: forte baisse des échanges commerciaux


Du côté tunisien, on insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle taxe douanière, mais de frais de services douaniers appliqués aux  transporteurs de marchandises dont les camions doivent passer au scanner. On souligne que cette taxe ne concerne ni les  personnes, ni les voitures légères, ni les bus, mais uniquement les containers et les poids lourds.

On rappelle aussi qu'elle a été mise en place depuis janvier 2018 et qu'elle vient d’être généralisée à tous les postes frontaliers en même temps que les passages au scanner obligatoires.


LIRE AUSSI: Algérie-Tunisie: une mini-crise diplomatique


Du côté algérien, on réclame la suppression de la taxe. Rappelons qu’en 2016, la Tunisie avait imposé une taxe de sortie de 30 dinars tunisiens sur les véhicules touristiques algériens, déclenchant l’ire des populations et des autorités algériennes qui avaient pris la décision d’appliquer la réciprocité, poussant ainsi les autorités tunisiennes à annuler la mesure.
Le 05/06/2018 Par Karim Zeidane

à lire aussi