Fermer

Algérie: le dinar poursuit sa forte dépréciation et plombe les entreprises

Mise à jour le 16/12/2018 à 20h00 Publié le 16/12/2018 à 19h58 Par Karim Zeidane

#Economie
dinars algériens
© Copyright : DR

#Algérie : Le dinar algérien a perdu 54,54% de sa valeur par rapport au dollar américain en 5 ans. La chute du cours du baril et l’effondrement des fondamentaux de l’économie algérienne sont passés par là. Une situation qui impacte négativement les entreprises algériennes et plombe leur compétitivité.

Si le gouvernement algérien a toujours refusé la «dévaluation» du dinar, il n’en demeure pas moins que la monnaie algérienne n’a cessé de se déprécier au cours de ces 5 dernières années par rapport aux principales devises. Ainsi, alors qu’il fallait 77,05 dinars algériens pour 1 dollar, il y a 5 ans, il en faut actuellement 119 dinars pour un seul dollar, soit une dépréciation de plus de moitié et une perte de valeur de 54,54% de la monnaie algérienne vis-à-vis du billet vert en 5 ans.

Par rapport à l’euro, la dépréciation est moins forte, mais demeure importante. Au niveau du marché officiel, il faut actuellement 135 dinars algériens pour 1 euro, contre 108 dinars pour 1 euro il y a 5 ans, soit une dépréciation de 25% par rapport à la monnaie unique européenne. 


LIRE AUSSI: Algérie: le dinar devient une monnaie de singe sur le marché noir


C’est dire que le dinar s’est considérablement déprécié par rapport aux deux grandes devises étrangères qui constituent les principales devises de facturation des importations et des exportations algériennes. Une situation qui s’explique par la chute du cours du baril de pétrole qui a entraîné une crise financière aiguë, une baisse significative des réserves de change du pays, l’effondrement des fondamentaux de l’économie algérienne (déficit budgétaire, déficit du compte courant, inflation, etc.) et par ricochet une perte de confiance ayant impacté la monnaie locale qui n’a cessé depuis de perdre du terrain par rapport aux devises étrangères.

Cette situation impacte négativement sur les entreprises algériennes importatrices des biens d’équipements, des matières premières et des biens de consommation. Elle entraîne en effet une dépréciation du pouvoir d’achat des entreprises algériennes.


LIRE AUSSI: Maghreb: Pourquoi le dinar algérien s'effondre là où le dirham marocain résiste


Cette situation a des conséquences néfastes sur le développement du pays. Avec cette dépréciation, le coût de diversification s’alourdit du fait qu’il faut davantage de dinars pour importer les biens de l’étranger alors qu’il n’est pas aisé de répercuter cette hausse directement sur le consommateur final. Du coup, cet enchérissement du coût des importations induit une hausse du coût de production et donc impacte sur la compétitivité des entreprises algériennes qui dépendent de l’extérieur en biens d’équipements et matières premières.

Conséquence, de nombreux opérateurs algériens sont aujourd’hui en grande difficulté à cause des surcoûts qu’ils doivent supporter. A l’opposé, l’économie algérienne étant très peu diversifiée et faiblement exportatrice (97% des recettes d’exportations provenant des hydrocarbures et dérivés), cette dépréciation du dinar n’a presque aucun effet sur les exportations du pays.
Le 16/12/2018 Par Karim Zeidane