Fermer
#Politique

Vidéo. Algérie: Ouyahia et Ould Abbès font tout pour garder leur maroquin

Publié le 31/07/2018 à 16h32 Par Mar Bassine

#Algérie : Les dirigeants algériens continuent de s'accrocher à leurs prébendes et "supplient" désormais Abdelaziz Bouteflika de rester au pouvoir, ce qui constitue pour eux le moyen le plus sûr de conserver leur poste respectif.

Depuis que Abderrazak Makri, le leader islamiste du MSP, a appelé Gaïd Salah à prendre le pouvoir afin de "sortir l'Algérie de la crise", les apparatchiks sont inquiets. Ahmed Ouyahia, l'actuel Premier ministre algérien et Djamel Ould Abbès, le secrétaire général du Front de libération nationale, multiplient les rencontres et les sorties afin d'écarter cette éventualité. 



>>>LIRE AUSSI: Algérie: Benyounès lâche Bouteflika et les apparatchiks

Hier dimanche, ils se sont rencontrés pour, disent-ils, discuter de la situation du pays. Au sortir de la rencontre, ils ont fait une déclaration qui en dit long sur l'hypocrisie qui entoure leur démarche. "Nous demandons au président Bouteflka un sacrifice supplémentaire en acceptant de répondre favorablement aux sollicitations pour briguer un cinquième mandat en 2019", a déclaré Ahmed Ouyahia devant la caméra de la chaîne Canal Algérie. 


>>>LIRTE AUSSI: Algérie: le silence troublant de Gaïd Salah appelé à prendre le pouvoir

Le terme "sacrifice" trahit le fait que les dirigeants algériens en sont à quémander la candidature d'Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat afin de conserver leurs prébendes. Car, à l'évidence, Bouteflika ne comprend plus trop ce qui se passe dans son pays. Tout ce raffut autour d'un cinquième mandat est une manière de maintenir le statu quo, et une situation dans laquelle les vrais dirigeants demeurent ceux qui constituent l'entourage du président. Il s'agit de ne pas rompre l'équilibre précaire qui régit le partage d'un pouvoir qui n'est plus entre les mains de celui qu'on désigne comme chef de l'Etat. 
Le 31/07/2018 Par Mar Bassine