Fermer

Maghreb. l'Algérie fait la fine bouche sur la visite de Salvini à Rabat, Tunis et Alger

Mise à jour le 08/08/2018 à 15h08 Publié le 08/08/2018 à 15h01 Par Mar Bassine

#Politique
Haraga: Matteo Savini: "pourquoi tous ces Algériens fuient leur pays?"

Matteo Calvini, le ministre italien de l'Intérieur: "Pourtant, ils ne sont pas issus de pays en conflit".

© Copyright : DR

#Algérie : Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, qui s'était demandé pourquoi tant d'Algériens fuyaient leur pays, veut visiter trois pays du Maghreb. Avec, dans ses valises, une enveloppe d'un milliard d'euros. Mais Alger fait la fine bouche.

Alors que le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini vient d'annoncer son intention de se rendre dans trois pays du Maghreb, à savoir le Maroc, la Tunisie et l'Algérie, à Alger on montre déjà une certaine réserve. "L’Algérie est très réservée sur l’offre italienne, dont les motivations sont pour l’instant très ambigües", a confié une source au site Tout sur l'Algérie. 


>>>LIRE AUSSI: Haragas. Matteo Salvini: "pourquoi tous ces Algériens fuient leur pays?"

La raison pour laquelle les diplomates algériens se montrent sceptiques vis-à-vis du ministre italien est relativement simple. Il y a un mois environ, Matteo Salvini a été l'auteur d'une petite phrase que les dirigeants algériens auront du mal à lui pardonner. En effet, parlant des migrants, parmi lesquels des Algériens ayant débarqué en Italie, il s'était demandé pourquoi tous ces gens fuient-ils leur pays". Ces propos avaient été largement commentés aussi bien par la presse que par les dirigeants, touchés dans leur amour propre. 

Face au problème migratoire et surtout à l'ouverture d'une nouvelle route algérienne par laquelle passent de nombreux clandestins, les côtes italiennes sont de plus en plus submergées, Matteo Salvini a alors décidé de se rapprocher des pays de la rive sud de la Méditerranée. En effet, la semaine dernière, il a déclaré qu'il se rendrait "bientôt en Tunisie, au Maroc et en Algérie". Et d'ajouter: "Je veux que l’Italie devienne protagoniste". Toujours selon lui, son pays mettra sur la table quelque un milliard d'euros au profit des trois pays maghrébins. 


Le 08/08/2018 Par Mar Bassine

à lire aussi