Fermer

Indice de The Economist 2019: l'Algérie est la pire démocrate du Maghreb

Mise à jour le 10/01/2019 à 13h32 Publié le 10/01/2019 à 13h29 Par Mar Bassine

#Politique
Bouteflika
© Copyright : DR

#Algérie : Parce qu'il y a une absence de liberté de presse, que l'opposition y est combattue par des moyens occultes, mais aussi que l'Etat est gouverné en foulant aux pieds la légalité, l'Algérie occupe la dernière place, en termes de démocratie, au Maghreb, alors que la Libye est hors-jeu.


En écartant la Libye qui ne peut encore faire l'objet d'une évaluation objective à cause de la sitution qui y règne, c'est aujourd'hui l'Algérie qui est la pire démocratie du Maghreb et qui tient l'une des dernières places du continent.

C'est en tout cas ce qui ressort du rapport 2019 du magazine anglais The Economist (accès réservé aux abonnés). Ainsi, l'Algérie est classée 126e mondiale sur 167 pays, et quatrième pays du Maghreb, avec une note de 3,5/10, derrière la Mauritanie (119e, 3,82/10).

Certes, en Mauritanie, on a pu voir des actes antidémocratiques menés par le pouvoir en place, notamment l'emprisonnement, sur des raisons fallacieuses de l'ex-sénateur Ould Ghadda ou encore du militant anti-esclavagiste Biram Dah Ould Abed.

Mais au moins, ce pays à cheval entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne peut se prévaloir d'organiser des élections transparentes.

D'ailleurs, il y a quatre mois, lors des élections locales, quand des irrégularités avaient été constatées, donnant la victoire au parti au pouvoir dans la capitale, le tribunal avait annulé le scrutin à la demande de l'opposition.

Au final, c'est l'opposition qui a gagné ces élections dans les circonscriptions où il y avait eu litige. 


>>>LIRE AUSSI: The Economist. GL Index: Alger et Dakar parmi les pires villes en termes de qualité de vie

En Algérie, en revanche, rien de tout cela ne peut se produire, tant les règles de démocratie sont foulées aux pieds.

Lors des législarives de 2017, plusieurs vidéos ont circulé, montrant des bourrage d'urnes, mais rien n'a été fait.

On ne compte pas le nombre de journalistes qui sont actuellement en prison ou qui ont été condamnés à de lourdes peines afin de les museler. D'ailleurs le décès dans sa cellule, en 2016, de Mohamed Tamalt, après une longue grève de la faim est encore bien vivace dans les mémoires.

On a également vu le simulacre qui a permis de faire chuter, en septembre dernier, la troisième personnalité de l'Etat algérien, en l'occurrence Said Bouhadja, désormais ex-président de l'Assemblée nationale populaire.

Le parti au pouvoir et ses alliés ont perpétré un véritable coup de force, faisant un pied de nez à la légalité et à la légitimité constitutionnelles qui entoure l'exercice d'une telle fonction.

Finalement, c'est Mouad Bouchareb qui a été élu à sa place et ce dernier a aussi été nommé, dans la foulée, secretaire général du Front de libération nationale. 

La présidence algérienne est également une autre source d'inquiètude, car les experts s'accordent à dire que Abdelaziz Bouteflika n'est plus en mesure de gouverner le pays. Ce serait son entourage, des apparatchiks avides de pouvoir, qui dirigent réellement le pays en toute illégalité. 


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: «The Economist» s’inquiète du recul démocratique du Sénégal sous Macky Sall

Au niveau maghrébin, le Maroc arrive en deuxième position, grâce à sa note à la limite de la moyenne (4,99/10), ce qui lui confère la 100e place mondiale sur 167 pays.

La Tunisie, de son côté, occupe la toute première place du Maghreb grâce à sa note globale de 6,42/10. Le pays du Jasmin occupe d'ailleurs la 63e place mondiale. Il faut dire que c'est l'un des rares pays qui a réussi à consolider ses acquis démocratiques à tous les niveaux. 

Quoi qu'il en soit, l'Algérie mérite bien son bonnet d'âne à tous points de vue.

Le pays doit encore faire beaucoup d'efforts sur tous les critères utilisés par The Economist pour effectuer son classement. Au niveau du processus electoral, où sa note n'est que de 2,28/10 et de la fonction du gouvernement où il n'a pu obtenir que 2,21/10, les autorités algériennes ont encore un très long chemin à faire. 
Le 10/01/2019 Par Mar Bassine