Fermer

Algérie: une centaine de personnalités interdites de sortie du territoire

Mise à jour le 29/03/2019 à 00h42 Publié le 28/03/2019 à 08h29 Par Karim Zeidane

#Politique
Aeroport d'Alger
© Copyright : DR

#Algérie : Avec la fin du régime, on craint que certains dirigeants politiques et opérateurs économiques du régime ne prennent la poudre d'escampette. Face à cette situation et aux rumeurs faisant état de mouvements suspects de capitaux, une centaine de personnes sont interdites de sortie du territoire.

L’oligarchie au pouvoir a peur des lendemains du départ du président Bouteflika et du système qui gouverne le pays depuis l’indépendance.

Après que certains barrons du régime aient lâché le président, des informations ont fait état de mouvements suspects de capitaux vers l’étranger émanant des personnalités proches du clan présidentiel et de la volonté de certaines personnalités du monde politique et des milieux d’affaires du système à quitter le pays durant cette période trouble.


LIRE AUSSI: Algérie: plusieurs généraux interdits de sortie du territoire


Une situation qui inquiète ceux qui semblent tenir les rênes du pouvoir en ces jours de transition. Ainsi, selon les médias algériens, une 100 personnalités soupçonnées de corruption et d’abus de pouvoir ont été interdites de quitter le territoire.

La liste portant leur coordonnées a été remise à la police des frontières, qui a été également chargée de veiller à ce que les concernées ne passent pas par les postes frontières que sont les aéroports, mais aussi les ports et les accès terrestres du territoire. 

LIRE AUSSI: Algérie. 5e mandat: une vague de démission touche le patronat algérien


Parmi les personnes ciblées par cette mesure figure, selon observalgérie.com, Ali Haddad, le patron du Forum des chefs d'entreprises (FCE), le patronat algérien, un proche du régime et soutien à la candidature de Bouteflika à un 5e mandat. Il est l'un des rares alliés du régime à n'avoir pas encore retourné sa veste.

Selon la source, cette interdiction ne vient pas du ministère de la Justice mais du cercle du général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major général des armées, l’homme fort du régime qui vient de demander la destitution du président Bouteflika.
Le 28/03/2019 Par Karim Zeidane