Fermer

Algérie: Bensalah continue son entreprise de mise au pas de la justice

Mise à jour le 11/06/2019 à 11h39 Publié le 11/06/2019 à 11h37 Par Mar Bassine

#Politique
Algérie: Gaïd Salah et Bensalah en passe de reporter la présidentielle
© Copyright : DR

#Algérie : Abdelkader Bensalah est en train de renforcer son influence sur la justice en procédant à plusieurs nominations. Le président algérien par intérim se donne ainsi les moyens de se débarrasser des personnes désormais considérées comme des parias. Pendant ce temps, le système reste en place.

Après le limogeage de plusieurs procureurs, il y a trois semaines, pour préparer les poursuites contre ceux qui sont désormais qualifiés d'"ennemis du régime", le président par intérim, Abdelkader Bensalah, vient de procéder à de nouvelles nominations parmi les juges. 

Hier, lundi 10 juin, plusieurs changements sont intervenus dans l'appareil judiciaire algérien, notamment auprès des magistrats, qui devront prendre en charge des dossiers liés à la purge actuellement en cours. 

Parmi les postes concernés figurent notamment celui du Présdent de la cour suprême où Abderrachid Tabi devient désormais le premier président.

De même, le président par intérim, Abdeklkader Bensalah a mis fin aux fonctions de procureur général auprès de cette même cour. Abderrahim Majid a été nommé en remplacement de Melak Abdallah. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie. Justice: des procureurs limogés pour préparer le jugement des «bouteflikistes»

De même, la présidente de la cour de Tipaza, Fatiha Boukharsa, a été démise de ses fonctions. Cette femme est également l'épouse du commandant de la Gendarmerie, le général Ghali Belksir, souvent présenté comme l'un des 22 généraux-majors qui faisant partie du clan de Gaïd Salah.

D'ailleurs, à plusieurs reprises, Fatiha Boukharsa a critiqué les magistrats qui protestaient aux côtés des manifestants en déclarant leur refus de superviser l'élection présidentielle alors prévue le 4 juillet, et annulée depuis.

Son limogeage est donc étonnant, dans un contexte où l'exécutif cherche manifestement à prendre l'entier contrôle de la justice. 

Toujours parmi les juges, la Cour d'appel d'Alger a un nouveau président en la personne de Gasmi Djamel. 


>>> LIRE AUSSI: Algérie: la justice réouvre le dossier de Chakib Khelil, ex-tout puissant ministre de l'Energie

En dehors des tribunaux, les fonctionnaires du ministère de la justice algérienne sont également touchés par les nominations.

Ainsi, Un nouvel inspecteur général au ministère de la Justice vient d'être nommé, ainsi que le directeur des ressources humaines de ce même département.

Enfin, le Directeur général des affaires judiciaires et juridiques du minisère de la Justice a lui aussi changé.

Il s'agit d'autant de personne qui sont en contact direct avec les juges, soit soit parce qu'ils gèrent leur carrière, soit parce qu'ils s'impliquent, de manière indirecte, dans les affaires donnant lieu à des procès. 

Il ne fait aucun doute que ces nominations et limogeages ont permis de placer des hommes acquis à la cause du régime et de mener à bien le programme édicté par le général Ahmed Gaïd Salah, qui consiste à une très vaste purge, sous le couvert d'une opération "mains propres". 
Le 11/06/2019 Par Mar Bassine