Fermer

Vidéo. Algérie: voici pourquoi tous les accès à la capitale sont bloqués ce dimanche

Mise à jour le 20/08/2019 à 01h45 Publié le 18/08/2019 à 17h17 Par Karim Zeidane

#Politique
routes bloquées
© Copyright : DR

#Algérie : Les autorités algériennes ont bloqué tous les accès à Alger avec des barrages filtrants, tentant ainsi d'empêcher l'entrée des retraités et des radiés de l’armée algérienne. Sur les routes, les heurts entre ceux-ci et les gendarmes auraient d'ores et déjà fait des blessés par balles en caoutchouc.

L'entrée comme la sortie d’Alger est ralentie, en ce dimanche, du fait de nombreux barrages filtrants installés par la gendarmerie.

Cette situation entraîne des bouchons interminables sur les routes et autoroutes menant vers la capitale.
Cette situation s’explique par la volonté des autorités algériennes d’empêcher les manifestants, retraités et radiés de l’Armée populaire algérienne (ANP) de se rassembler dans le centre-ville d'Alger.


LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie: Une manifestation des retraités de l'armée violemment réprimée


Dès hier soir, des échauffourées ont opposé ces retraités et radiés, qui tentaient d'atteindre Alger, aux gendarmes déployés en masse pour les empêcher de rallier la capitale pour y organiser une grande manifestation.


Les gendarmes auraient utilisé des balles en caoutchouc pour les disperser.


LIRE AUSSI: Algérie. Retraités de l'armée: un dossier explosif


Selon le site d'informations tsa-algérie.com, qui se base sur les témoignages publiés sur les réseaux sociaux, «les retraités et radiés de l’Armée qui tentaient de rejoindre Alger hier soir et ce dimanche matin ont fait l’objet d’une répression de la part de la gendarmerie fortement déployée sur les principaux axes routiers menant vers la capitale, particulièrement l’autoroute Est-Ouest».

Malgré un impressionnant dispositif sécuritaire et de nombreux barrages filtrants, un certain nombre de retraités et de radiés de l’armée et leurs ayants droit ont tout de même pu se réunir sur la place Port-Said, dans le centre-ville d'Alger, pour réclamer leurs droits.

Le 18/08/2019 Par Karim Zeidane