Fermer

Vidéos. Algérie. la rue répond à Gaïd Salah: "La hiwar, la chiwar, arahil obligatoire"

Mise à jour le 07/09/2019 à 18h40 Publié le 06/09/2019 à 15h53 Par Mar Bassine

#Politique
Vidéos. Algérie. 29e vendredi: les manifestants rejettent toute idée d'élection, "La hiwar la chiwar, arahil obligatoire"
© Copyright : DR

#Algérie : Ahmed Gaïd Salah a appelé cette semaine à l'organisation des élections avant la fin de l'année. La rue vient de lui donner sa réponse en réclamant comme préalable le départ du système.


Si Ahmed Gaïd Salah veut organiser des élections avant la fin de l'année, il aura beaucoup de mal à convaincre les Algériens à adhérer à son projet. Ce 6 septembre, 29e vendredi de manifestations, la rue a été très ferme. 

Dans toutes les villes, les slogans ont été les mêmes, tous plus hostiles les uns que les autres à l'organisation d'une présidentielle.


>>>LIRE AUSSI: Algérie. Ahmed Gaïd Salah: "la situation actuelle nous concerne seuls"


A Alger, par exemple, où la police a tout fait pour contenir les manifestants en dehors de la place de la Grande Poste, une foule beaucoup plus nombreuse que les précédentes semaines a eu gain de cause en repoussant les forces de l'ordre. On a pu entendre les manifestants scander, en guise de victoire: "Wallah manvoti hata terahlou", (Nous jurons de ne pas voter, tant que vous n'êtes pas partis.". 

A Tizi Ouzou, les milliers de contestataires ont été catégoriques contre toute idée de "dialogue" ou de "concertation", mais ils ont clairement dit aux tenants du système de "dégager". Des exigences qui sont perceptibles dans leur principal slogan du jour: "La hiwar, la chiwar, arahil obligatoire". 







A Jijel, les manifestants sont restés dans les mêmes messages adressés à Ahmed Gaïd Salah pour exiger la mise en place d'un Etat civil et le rejet d'un Etat militaire. "Nous ne voulons pas d'Etat militaire, mais d'un Etat civil", ont-ils demandé en choeur, notamment à la sortie de la prière du vendredi. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie: voici pourquoi Gaïd Salah s'est risqué à un troisième échec en voulant convoquer le corps électoral






A Béjaïa, les manifestants ont réclamé, en brandissant les symboles berbères, que l'unité nationale soit préservée, mais que le "système dégage", sans plus tarder. 


Le 06/09/2019 Par Mar Bassine