Fermer

Algérie: la cour d'appel confirme la peine de 15 et 12 ans de prison des deux anciens Premiers ministres

Mise à jour le 25/03/2020 à 16h24 Publié le 25/03/2020 à 16h17 Par Le360 Afrique - MAP

#Politique
Ouyahia et Sellal

Les ex-Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia.

© Copyright : DR

#Algérie : Les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont été condamnés par la cour d'appel d'Alger respectivement à 15 ans et 12 ans de prison ferme, dans une affaire de corruption, a-t-on indiqué mercredi de source judiciaire.



Le représentant du Parquet avait requis 20 ans de prison ferme contre Ouyahia et Sellal, jugés en appel devant la Cour d'Alger en compagnie d’autres anciens hauts responsables et hommes d’affaires dans l’affaire des usines de montage automobile et du financement occulte de la campagne électorale de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika.


>>>LIRE AUSSI: Algérie. Procès des oligarques: les ex-PM Ouyahia et Sellal écopent de 15 et 12 ans de prison ferme

Le procureur a en outre requis 15 ans de prison ferme contre les anciens ministres de l’Industrie Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, 10 ans contre l’ancien ministre des Transports Abdelghani Zaâlane, l’ancienne wali de Boumerdès Nouria Zerhouni et les hommes d’affaires Ali Haddad, Mohamed Baïri et Ahmed Maâzouz, 8 ans contre le fils de Abdelmalek Sellal, Farès, l’homme d’affaires Hassan Larbaoui et les cadres du ministère de l’Industrie impliqués et 5 ans contre l’ancien sénateur Chaïd et les frères Semai.

En première instance, le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger avait prononcé, le 10 décembre dernier, des peines de 15 et 12 ans contre Ouyahia et Sellal respectivement, ainsi que 20 ans par contumace contre l’ancien ministre de l’Industrie Abdeslam Bouchouareb.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: 20 ans de prison requis contre Sellal et Ouyahia, 10 ans pour les oligarques

Ces personnalités sont poursuivies pour le financement "occulte" de la dernière campagne électorale de Bouteflika, début 2019, et pour favoritisme dans l'industrie automobile via des partenariats entre marques étrangères et grands groupes algériens, souvent propriétés d'hommes d'affaires liés à l'entourage de l'ex-président.
Le 25/03/2020 Par Le360 Afrique - MAP