Fermer

Covid-19: en Algérie, comme pour les tests PCR, un black out total sur la campagne de vaccination

Mise à jour le 11/03/2021 à 13h40 Publié le 11/03/2021 à 13h12 Par Karim Zeidane

#Politique
Vaccination
© Copyright : DR

#Algérie : Un secret total entoure la campagne de vaccination lancée pourtant en grande pompe en fin janvier dernier en Algérie. La faible nombre de vaccins et les doses administrées pour immuniser la population sont si négligeables que les autorités sanitaires préfèrent ne rien laisser filtrer.

Combien de personnes ont été vaccinées en Algérie depuis le lancement de la campagne de vaccination en fin janvier 2021? Bien malin est celui qui en connaît le chiffre exact. A l’instar du black out total qui entoure le nombre de tests du Covid-19 réalisés en Algérie, les autorités ont également décidé de ne pas jouer la transparence sur la campagne de vaccination. Aucun chiffre ne filtre depuis quelques semaines sur le nombre de personnes vaccinées.

Selon le site de statistiques Our World In Data, qui recense le nombre de vaccinations dans le monde, sur la période du 29 janvier au 19 février, l’Algérie a vacciné 75.000 personnes, soit une moyenne de 3.571 personnes par jours sur cette période. Mais depuis le 19 février, aucune mise à jour n’a été possible faute de données. Une situation qui rappelle celle des tests du Covid-19.

>>> LIRE AUSSI: Algérie: après le camouflet sur les vaccins, Tebboune décrète la production du SputniK-V

Après un début laborieux, l’Algérie, qui ne réalisait pas de tests suffisants pour avoir une idée sur le degré sur les contagions au Covid-19, avait cessé de fournir des données à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le pays ne disposait pas assez de kits de tests, et minorait volontairement le nombre de cas de Covid-19 dans le pays.

Concernant la campagne de vaccination, là aussi, après l’avoir lancée en grande pompe (et sans disposer de vaccins en quantités suffisantes), les autorités ont, depuis, cessé de communiquer sur celle-ci, et n’ont pas annoncé le nombre de personnes qui ont été vaccinées à aujourd’hui, comme le font presque tous les pays engagés dans des campagnes de vaccination de masse. 

Une chose est toutefois sûre, le nombre de personnes ayant déjà reçu les doses de vaccins est négligeable, du fait de l’absence de vaccins disponibles en quantités suffisantes. Rappelons que si les autorités algériennes ont annoncé avoir débloqué 20 milliards de dinars, soit 122 millions d’euros, pour l’achat des vaccins anti-Covid-19, à ce jeudi 11 mars, le pays n’a reçu, en tout et pour tout, que 300.000 doses de vaccins, dont des achats ayant porté sur 50.000 de Sputnik-V et 50.000 d’AstraZeneca-Oxford et un don de 200.000 doses de vaccins Sinopharm octroyés par la Chine. Ces 300.000 doses permettent de vacciner, au plus, 150.000 personnes.

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: en Algérie, toutes les frontières du pays sont fermées pour un mois

Qui plus est, les doses reçues ne permettent même pas de vacciner le personnel de la santé. D’ailleurs, même dans les centres sanitaires dédiées au Covid-19 et autres maladies, ce n’est pas l'ensemble du personnel sanitaire qui a été vacciné, alors que celui-ci est jugé prioritaire pour la campagne de vaccination anti-Covid-19. Donc, faute de vaccins, le pays n’a que faiblement immunisé sa population.

Par ailleurs, la faiblesse du nombre de vaccins et le cafouillage ayant entouré la campagne de vaccination ont provoqué une réticence des Algériens à se faire vacciner. Ainsi, seulement 15.910 personnes se sont inscrites sur la plateforme numérique dédiée à la vaccination instaurée par le ministère de la Santé.

Après tout, les Algériens savent qu’ils ne seront pas vaccinés de sitôt. Du coup, ils s'interrogent sur l'utilité de s’enregistrer sur la plateforme. 

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: plus de 9 personnes sur 10 vaccinées en Afrique sont… marocaines

Seules les personnes âgées et/ou trainant des maladies chroniques aspirent au vaccins anti-Covid-19 et s’inscrivent sur la plateforme. Certains s'y inscrivent surtout afin de pouvoir accomplir le Hadj et/ou la Omra, mais aussi pour pouvoir voyager à l’étranger, en disposant d’un certificat de vaccination pour les pays qui l’exigent, notamment en Europe, où le débat d'un passeport vaccinal est posé.

Ainsi, au rythme actuel, on voit mal l’Algérie atteindre le taux de vaccination de 80% de la population que s’est fixé le président Abdelmadjid Tebboune pour 2021.

A titre de comparaison, le Maroc, qui a démarré sa campagne le 28 janvier, soit deux jours avant l’Algérie, compte actuellement plus de 4,93 millions de personnes qui ont été vaccinées. Grâce à une politique anticipatrice d’acquisition de vaccins et à la mise en place d’une logistique efficace, le pays a pu se hisser parmi les pays au monde qui ont le plus vacciné leur population.

>>> LIRE AUSSI: Vaccins anti-Covid-19: les doses arrivent enfin en Afrique, grâce au programme Covax

A l’opposé, les autorités algériennes ont uniquement compté, sans l’avouer ouvertement, sur le programme Covax, par le biais duquel ils espèrent acquérir 2,2 millions de vaccins.

Seulement, celui-ci n’a commencé à livré ses vaccins qu'à la fin du mois de février dernier et l’Algérie ne figure même pas parmi les premiers inscrits sur le programme. D coup, les Algériens devront donc encore attendre.
Le 11/03/2021 Par Karim Zeidane