Fermer

Vidéos. Algérie: le gouvernement insensible à la détresse de ses ressortissants bloqués à l'aéroport de Roissy CDG

Mise à jour le 22/03/2021 à 18h25 Publié le 22/03/2021 à 12h46 Par Karim Zeidane

#Politique
Algériens bloqués
© Copyright : DR

#Algérie : Le calvaire des ressortissants algériens bloqués à l'aéroport Roissy Charles De Gaulle de Paris s’éternise. Le gouvernement algérien est resté insensible à leur situation critique. Un immobilisme incompréhensible, de plus en plus critiqué et qui en rappelle tant d'autres.

La détresse des ressortissants algériens bloqués depuis le 28 février 2021 au niveau de la zone internationale du terminal 2 de l’aéroport Roissy Charles De Gaulle, en France, n’émeut pas le gouvernement d’Abdelmadjid Tebboune. Ces Algériens viennent en grande partie de Grande-Bretagne et quelques-uns d'autres pays européens et de Turquie.

Vidéo. Algérie: le gouvernement insensible à la détresse des citoyens algériens bloqués à l'aéroport de Roissy


Le calvaire des 27 Algériens, dont des enfants, a débuté ce 28 février dernier, lors que les autorités algériennes avaient annoncé leur décision d’arrêter les vols de rapatriement des Algériens via la compagnie Air Algérie, à partir du 1er mars et ce, pour un mois dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19. Leurs bagages avaient pourtant été chargés à bord de l’avion d’Air Algérie qui devraient les transporter. Toutefois, les passagers ont été empêchés d’embarquer.

>>> LIRE AUSSI: Des milliers d'Algériens "sacrifiés et oubliés" en France depuis 8 mois


La situation des personnes bloquées a choqué certains élus, malgré la dissolution de l’Assemblée populaire nationale (APN). Ainsi, le sénateur Abdelouahab Benzaim a adressé, dimanche 21 mars, une lettre au ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum dans laquelle il s’est montré indigné face à l’immobilisme du gouvernement.


"Même en cas de guerre entre Etats, l'Organisation des Nations unies intervient pour imposer une trêve et un cessez-le-feu pour permettre le transfert des blessés, des morts, des familles et des réfugiés. C’est en premier lieu un geste humanitaire. Et que dire quand a fortiori il s’agit de citoyens algériens que l’Etat se doit de prendre en charge?", souligne le sénateur. 

>>> LIRE AUSSICasablanca: les 14 étudiants algériens refoulés du Canada seront finalement rapatriés

De même, l’ex-député en charge de la communauté algérienne établie à l’étranger, Nourredine Belmedah, a alerté les autorités de cette situation et a même publié une vidéo montrant les familles concernées. Il demande aux autorités de permettre aux citoyens d rejoindre leur pays en respectant une période de quarantaine.

Partant, le prétexte des autorités algériennes soulignant leurs craintes de risque de contagions au variant britannique tombe à l’eau.

En attendant que les autorités trouvent une solution à leur calvaire, ces ressortissants algériens endurent le martyre jour et nuit depuis plus de 21 jours et refusent de retourner à Londres, ni de séjourner dans des hôtels à Paris, insistant sur le fait qu’ils souhaitent juste rentrer chez eux, en Algérie.



Depuis, les cris de détresse des personnes bloquées se multiplient. Malheureusement, les autorités algériennes ne leur répondent pas positivement, arguant leur volonté d’éviter de nouvelles contagions au Covid-19.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Des étudiants et touristes algériens bloqués en Malaisie menacent de saisir l'ONU

Seulement, cette crainte ne se justifie plus sachant que ces ressortissants, munis de leurs tests PCR avant de quitter Londres, ont tous dépassé les 15 jours de période d’incubation du virus et ne devraient pas en conséquence porter le variant britannique du Covid-19.

Ce blocage de ressortissants algériens à l’étranger en rappelle tant d’autres. En janvier dernier, des étudiants et touristes algériens bloquées en Malaisie depuis plus de 190 jours avaient menacé de saisir l’ONU pour obtenir le "statut de réfugiés pour motif humanitaire" à cause du traitement inhumain qui leur était réservé par leur pays.

Le 11 janvier dernier, 14 étudiants algériens refoulés par les services d’immigration du Canada étaient bloqués au niveau de la zone internationale de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, malgré les demandes faites aux autorités algériennes par Royal Air Maroc afin d’organiser un vol de rapatriement de ces étudiants. Les étudiants ont finalement été rapatrié le 18 du même mois à bord d’Air Algérie après moult pressions médiatiques. 
Le 22/03/2021 Par Karim Zeidane