Fermer

Nigeria: trois grandes lignes ferroviaires pour 6 milliards de dollars de la Chine

Mise à jour le 27/04/2017 à 15h28 Publié le 27/04/2017 à 15h26 Par Mar Bassine

#Economie
Nigeria: le niet des députés à l’emprunt de Buhari pour son new-deal
© Copyright : DR

#Autres pays : Le Nigeria s'est lancé dans une course contre la montre pour la réalisation d'infrastructures devant permettre d'amorcer la croissance. Buhari a sollicité le Parlement pour trois projets majeurs nécessitant 6 milliards de dollars.

Kiosque le360 Afrique. Muhammadu Buhari, le président nigérian, a sollicité l'approbation du Parlement pour emprunter 6 milliards de dollars auprès de la Banque chinoise d'import-export, la China Exim bank. L'objectif  est de financer un projet ferroviaire qui s'inscrit dans la politique des grands travaux devant favoriser la relance, affirme le Finacial Times, dans un article publié aujourd'hui sur son site internet.

Il convient de rappeler que l'économie nigériane subit sa première récession en 25 ans, ce qui est la conséquence directe de la trop grande dépendance par rapport aux revenus du pétrole.

Le gouvernement de Buhari espère que ces projets d'infrastructures permettront de créer suffisamment d'emplois et dynamiseront la consommation pour amorcer la relance. Il avait annoncé l'année dernière, vouloir s'appuyer sur l'emprunt externe pour financer les investissements.


LIRE AUSSI: Nigeria: le niet des députés à l’emprunt de Buhari pour son new-deal


Diversifier les sources de financement


Pas plus tard qu'en février dernier, le Trésor public nigérian a émis un emprunt obligataire d'un milliard de dollars sous forme d’eurobonds sur les marchés financiers. Malgré une sur-souscription égale à huit fois le montant sollicité, le ministère des Finances veut diversifier ses sources de financement.

En s'adressant à la China Exim bank, le Nigeria veut ainsi profiter de la politique gouvernementale de l'Empire du milieu visant à renforcer les partenariats avec le continent. 


LIRE AUSSI: Infrastructures: quand l’Afrique se crée une dépendance inquiétante vis-à-vis de la Chine

Muhammadu Buhari a d'ores et déjà adressé un courrier au Sénat pour lui demander d'approuver un prêt initial de 1,23 milliard de dollars, pour le chemin de fer devant relier Lagos, la capitale économique, à Kano, la plus grande ville au nord du pays. Quant à Exim bank, elle a déjà autorisé le prêt.

Dans le même courrier, le chef de l'Etat nigérian a ajouté qu'il y a deux autres projets imminents de "modernisation de voies ferrées" qui auront besoin de quelque 4,62 milliards de dollars. Il a ainsi demandé au Sénat d'approuver les futurs prêts pour aller vite. Selon lui, le financement est déjà disponible auprès du fonds Chine-Afrique qui est d'un montant limité et basé sur le principe du "premier arrivé, premier servi". Le Nigeria risque de perdre le financement s'il ne réagit pas rapidement, puisque le fonds a déjà approuvé le crédit, a ajouté Buhari.

La Chine partout


Toujours selon lui, «ces projets s'inscrivent dans le cadre global du plan de réhabilitation du transport ferroviaire à travers tout le pays, drainant la croissance, en conséquence".

Hier mercredi, le Sénat a effectivement approuvé le prêt de 1,23 milliard de dollars, d'après le compte twitter officiel de Buhari. Mais le parlement n'a pas communiqué officiellement sa décision concernant les deux autres projets.

Il y a un an, lors de sa visite en Chine, Buhari avait annoncé avoir négocié un prêt global de 6 milliards de dollars pour les infrastructures, mais n'avait pas donné de détails. Dans le courrier envoyé aux parlementaires, rien n'indique clairement le lien entre cette somme annoncée à l'époque et celles destinées aux trois projets actuels.


LIRE AUSSI: Les grands projets ferroviaires structurants d'Afrique

Il convient de rappeler que la Chine est en train de financer d'importants projets similaires dans d'autres pays du continent, notamment au Kenya, où les fonds et les entreprises chinois sont en train de construire un chemin de fer d'un coût de 4 milliards de dollars. De même, pas plus tard qu'au début de l'année, la voie ferrée reliant Djibouti à la capitale éthiopienne, Addis Abeba, a été inaugurée. Ces fonds chinois sont souvent les bienvenus dans beaucoup de pays touchés par un déficit criard en infrastructures.
Le 27/04/2017 Par Mar Bassine

à lire aussi