Fermer

Cameroun: les nouveaux tarifs du port de Douala contestés

Publié le 22/01/2018 à 11h29 Par Moussa

#Economie
port Douala

Le port de Douala.

#Autres pays : Certains transporteurs protestent contre la hausse des tarifs des titres d'accès des véhicules, entrée en vigueur le 1er janvier. Il prévoient de lancer une grève pour amener le port autonome de Douala à les réévaluer.

Au Port autonome de Douala, des camionneurs protestent contre la révision des tarifs de prestations, en vigueur depuis le 1er janvier. En réalité, le Syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun, qui regroupe plus de 80% des camionneurs, ne s’est pas encore officiellement prononcé sur la situation.

L’un de leurs représentants a indiqué que le syndicat communiquerait sa décision à l'issue de la réunion qui se tiendra dans le cadre de la plateforme syndicale. Pour l’heure, «nous ne nous associons pas à l’appel à la grève lancé par un autre syndicat», a expliqué le mandataire du SNTRC.

Au niveau du bureau de gestion du fret terrestre, on estime que les transporteurs qui protestent contre les nouveaux tarifs du port ont d’autres visées, encore inconnues.


LIRE AUSSI: Cameroun: le port de Douala annonce de nouveaux tarifs


Ces nouveaux tarifs renvoient à des titres d’accès des véhicules, en hausse de 33%, alors que l’ancien tarif, abrogé fin 2017, était appliqué depuis 1999. Les patrons du port soutiennent donc que cette nouvelle tarification répond à un souci d’amélioration du service, en plus de la sécurité et de la sûreté des marchandises.

A en croire l’un des responsables du port, «ceux qui sont membres de la communauté portuaire apprécient les nouveaux tarifs en vigueur, puisqu’ils ont suivi le processus de mutation. Ces tarifs sont pris en parallèle d’un portefeuille de projets destinés à moderniser le port et à améliorer le service rendu. La plupart des projets de ce portefeuille ont d’ailleurs été proposés par la communauté portuaire», assure ce responsable.


LIRE AUSSI: Cameroun. Congestion au port de Douala: quand l’administration publique donne le mauvais exemple


Pour lui, «ceux qui sont en dehors de cette communauté et qui fréquentent le port de façon sporadique diront que certains tarifs sont élevés, mais ce n’est pas le cas. Car l’un des objectifs est de professionnaliser les métiers portuaires et en devenant acteur régulier du port, les tarifs offrent beaucoup d’avantages».

Sur l’appel au boycott, prôné par l’organisation patronale des syndicats des transporteurs et auxiliaires du Cameroun, le port indique que «la communauté portuaire est ouverte à tous les opérateurs qui ont des intérêts avec le port».
Le 22/01/2018 Par Moussa

à lire aussi