Fermer

Egypte: 275 milliards de livres d’investissements dans le Sinaï

Mise à jour le 29/08/2018 à 15h18 Publié le 28/08/2018 à 14h14 Par Karim Zeidane

#Economie
Egypte zone franche
© Copyright : DR

#Autres pays : Le gouvernement égyptien prévoit d’investir 275 milliards de livres dans le Sinaï d’ici 2022. Plusieurs projets sont annoncés dans cette région dont une grande zone industrielle, un lac artificiel, universités, routes, etc.

C’est un investissement colossal que le gouvernement égyptien compte consacrer à la région du Sinaï, longtemps délaissée et qui est devenue zone de refuge des groupes terroristes. Ce sont 275 milliards de livres égyptiennes, soit plus de 15,5 milliards de dollars d’investissements, qui sont prévus dans cette région durant la période 2018-2022.

L’annonce a été faite ce 27 août par la ministre égyptienne de la Planification, Hala Saeed. Elle a expliqué que le gouvernement s’est engagé dans des programmes visant à renforcer le développement des provinces qui n’avaient pas leur juste part dans la répartition des richesses du pays, dont le Sinaï et la Haute-Egypte.


LIRE AUSSI: Égypte: reprise économique et niveau record des réserves de change


Parmi les projets de développement phares prévus dans le Sinaï figurent, entre autres, une grande zone industrielle, un lac artificiel, des fermes piscicoles, 10 nouvelles routes, 15 hôpitaux et unités de santé, 53 écoles et universités, etc.

Enfin, rappelons qu'au niveau de cette même région du Sinaï, devenue le sanctuaire des terroristes, l’Egypte avait annoncé en octobre dernier la création d’un fonds d’investissement de 10 milliards de dollars avec l'aide de l’Arabie saoudite visant à développer une zone économique transnationale entre le nord-ouest de l’Arabie, Akaba en Jordanie et le Sinaï en Egypte, sur une aire de 1.000 km2.


LIRE AUSSI: Egypte: le canal de Suez a généré des recettes record de 99,1 milliards de livres égyptiennes


La zone fonctionnera avec une législation locale indépendante de celle des 3 pays, une sorte de «Dubaï bis» visant à attirer les investisseurs étrangers et préparer la région à une économie post-pétrole à l’horizon de 2030. Les investissements dans cette région devraient atteindre à terme 500 milliards de dollars.
Le 28/08/2018 Par Karim Zeidane

à lire aussi