Fermer

Cameroun: rassurants, les acteurs expliquent la "pénurie" de carburants

Mise à jour le 17/09/2018 à 13h15 Publié le 17/09/2018 à 11h25 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Economie
carburant
© Copyright : DR

#Autres pays : Un problème de distribution de carburant a perturbé Douala, la capitale économique du Cameroun, alimentant une rumeur d'une pénurie dans la ville. Les responsables de la chaîne de distribution se sont concertés pour éviter tout dysfonctionnement à l'avenir.

La distribution du carburant a été perturbée au début du mois de septembre courant à Douala, la métropole économique du Cameroun. Il n’en fallait pas plus pour que les automobilistes crient à la pénurie.

Une rumeur amplifiée par le groupe Bolloré Transport & Logistics, en charge de la redistribution de carburants dans les stations Total du pays. «Une pénurie de carburant est actuellement observée dans la ville de Douala. Nous invitons par conséquent tous les utilisateurs de véhicule à essence à faire le plein», écrivait le directeur technique chargé de la logistique et des transports des entreprises Bolloré à Douala, dans un communiqué publié le 3 septembre dernier.


LIRE AUSSI: Cameroun: le pétrole lampant se fait rare


«Il n’y a aucun problème d’approvisionnement, ni de disponibilité des produits pétroliers sur l’ensemble du territoire», a aussitôt réagi la Société nationale des dépôts pétroliers (SCDP), structure assurant le stockage et la distribution en produits pétroliers sur l’ensemble du territoire national. Dans un communiqué publié le 7 septembre dernier, le directeur général adjoint de la SCDP, Gabriel Ebokolo Eteki, a rappelé «qu’il appartient à chaque marketer de s’assurer de la disponibilité du produit dans son réseau de distribution». Un message destiné au groupe Bolloré puisqu’au final, la rupture ne concernait que les stations-services Total.

Une réunion de concertation des différents acteurs de la chaîne logistique d’approvisionnement du pays en produits pétroliers s’est tenue le 12 septembre 2018 à Douala, à l’initiative de la SCDP, dans le but d’évaluer les mécanismes à mettre sur pied pour une meilleure synergie en vue «d’assurer un approvisionnement et une distribution efficiente» des produits pétroliers dans tout le pays. L’objectif était de prévenir des dysfonctionnements «pouvant créer des incidents au sein des populations». Notamment en cette période électorale où une partie de l’opinion publique craint des troubles après le scrutin présidentiel du 7 octobre prochain.


LIRE AUSSI: Angola: pénurie de carburant chez le deuxième producteur africain de pétrole


Lors de cette rencontre, chaque marketer s'est vu demander de disposer désormais de niveaux de stocks nécessaires dans les dépôts de la SCDP «afin d’éviter d’accéder aux stocks de sécurité».

Selon le dispositif mis en place par le gouvernement dans le but d’assurer la disponibilité des produits pétroliers sur le marché national, l’approvisionnement est assuré de manière continue par la Société nationale de raffinage (SONARA), l’unique raffinerie de pétrole du pays. Le stockage et la logistique sont quant à eux du ressort de la SCDP et la distribution est assurée par les marketers au travers de leurs réseaux de stations-services. Le Cameroun comptait 742 stations opérationnelles dans le pays à la date de janvier 2017, selon des données officielles.

Le 17/09/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi