Fermer

Kenya. Covid-19: la croissance économique revue fortement à la baisse entre 1,8 et 2,6%

Publié le 29/04/2020 à 13h51 Par Le360 Afrique - MAP

#Economie
Kenya
© Copyright : DR

#Autres pays : La croissance économique du Kenya pour cette année a été revue à la baisse sous l'impact du Covid-19 pour se situer entre 1,8 et 2,5% contre 6% prévus initialement, a déclaré le ministre des Finances, Ukur Yatani.

"La performance sera largement déterminée par la durée de vie et les activités économiques qui seront perturbées par le Covid-19", a souligné le ministre lors du lancement mardi de l'étude économique 2020 du Bureau national des statistiques du Kenya (KNBS).

"La plupart des activités économiques ont jusqu'à présent été ralenties par des restrictions résultant du confinement de segments de la population, du couvre-feu national et de l'arrêt des voyages internationaux de passagers", a ajouté le ministre, cité mercredi par les médias kényans. L'argentier du Kenya a indiqué qu'il prévoit d'entreprendre des études dans les différents secteurs de l'économie pour évaluer l'impact de Covid-19.

"Plus tôt dans l'année, nous avons connu l'invasion des criquets pèlerins principalement dans les zones arides et semi-arides, mais nous avons réussi à atténuer leur impact négatif sur l'agriculture. À court terme, nos politiques budgétaires dans le budget national devraient se concentrer sur la réorientation des dépenses vers des initiatives visant à contrôler et éventuellement éliminer Covid-19", a-t-il déclaré.


LIRE AUSSI: Kenya. Coronavirus: les cybercriminels reprennent du service par le "phishing"


Le rapport de l'Enquête économique 2020 a montré que presque tous les segments de l'économie ont enregistré une baisse de leur croissance en 2019, à l'exception du secteur des services financiers. Le pays a également vu son coût de la vie augmenter légèrement de 4,7% en 2018 à 5,2% en 2019, principalement en raison de conditions moins favorables au cours de l'année.

L'agriculture, la foresterie et la pêche ont augmenté de 3,6% en 2019 contre 6% en 2018, avec la contraction provoquée par une sécheresse au premier semestre 2019. Loin de la production de café et des exportations horticoles, qui ont augmenté, d'autres produits comme le thé et la canne à sucre ont chuté de 6,9% et 12,5%, respectivement.

Le secteur manufacturier a ralenti, quant à lui, à 3,2% en 2019 contre une croissance de 4,3% l'année précédente.


LIRE AUSSI: Dette. Défaut de paiement: le Kenya sur la liste des cinq pays africains à haut risque


"La croissance a été attribuée à une augmentation de la production de véhicules à moteur, remorques, plastiques, graisses et huiles animales et végétales et produits pharmaceutiques", a expliqué Yatani.

Des sous-secteurs tels que la production de ciment, de bois, de sucre, de matériel électrique et d'autres produits minéraux non métalliques ont enregistré des baisses au cours de la période considérée.

Le secteur du bâtiment et de la construction a également connu une baisse de sa croissance, passant de 6,9% en 2018 à 6,4% l'an dernier, en raison de la cessation progressive des activités liées à la construction du chemin de fer à voie standard (SGR).
Le 29/04/2020 Par Le360 Afrique - MAP