Fermer

Esclavage en Libye: Mahamadou Issoufou l'inscrit à l'ordre du jour du sommet UE-UA

Mise à jour le 18/11/2017 à 12h06 Publié le 18/11/2017 à 12h03 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Mahamadou Issoufou

Le président du Niger Mahamadou Issoufou.

© Copyright : AFP

#Autres pays : Le président nigérien Mahamad Issoufou, qui s'était "indigné" jeudi de la vente aux enchères de migrants-esclaves en Libye, a demandé à ce que le sujet soit mis à l'ordre du jour du sommet Union Africaine - Union-Européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan.


"Fortement choqué, M. Issoufou a demandé personnellemet au président ivoirien Alassane Ouattara que ce sujet soit inscrit à l'ordre du jour du sommet", a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat un proche de la présidence nigérienne.

Le ministre nigérien des Affaires étrangères Ibrahim Yacouba a confirmé cette demande sur son compte Twitter: "Le président du Niger (...) a demandé que cette question soit inscrite à la prochaine réunion UE-UA à Abidjan. Il nous a instruit de rester mobilisés, en lien avec tous les pays africains".

LIRE AUSSI: Vidéo. Esclavage en Libye: le coup de gueule de Claudy Siar contre les chefs d'Etat africains

Le président nigérien s'était insurgé dès jeudi, affirmant: "La vente aux enchères de migrants comme esclaves en Libye m'indigne profondément. J'en appelle aux autorités libyennes et aux organisations internationales, afin que tout soit mis en oeuvre pour que cesse cette pratique d'un autre âge, que nous croyions à jamais révolue".

Vendredi, le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Guinéen Alpha Condé, et le gouvernement sénégalais ont aussi fait part de leur indignation.


LIRE AUSSI: Libye: la vente aux enchères de migrants africains fait réagir le président de l'UA

Le président Alpha Condé "exprime son indignation face au commerce abject de migrants qui prévaut en ce moment en Libye et condamne fermement cette pratique d'un autre âge", selon un communiqué de la présidence guinéenne.

L'UA "invite instamment les autorités libyennes à ouvrir une enquête, situer les responsabilités et traduire devant la justice les personnes incriminées" et "à revoir les conditions de détention des migrants", poursuit le texte.
Le 18/11/2017 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi