Fermer

Cameroun: Paul Biya nomme un nouveau directeur général à ELECAM

Publié le 30/05/2018 à 19h39 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Politique
Election
© Copyright : DR

#Autres pays : Le chef de l’Etat a signé, lundi 28 mai, un décret nommant Erik Essousse à la tête d’Elections Cameroon, l’instance en charge de l’organisation des scrutins dans le pays, en remplacement d’Abdoulaye Babale, sanctionné pour «faute lourde».

Chamboulement au sein de l’instance en charge de l’organisation des élections politiques au Cameroun: Elections Cameroun (ELECAM). Par décret présidentiel lundi 28 mai 2018, le chef de l’Etat a procédé à la nomination d’un nouveau directeur général des élections (DGE) à ELECAM.

Il s’agit d’Erik Essousse, qui occupait jusque-là la fonction de directeur général adjoint des élections (DGAE) au sein de cette institution étatique. Il remplace à ce poste Abdoulaye Babale, sanctionné pour «faute lourde» vendredi dernier à l’issue d’une session extraordinaire du Conseil électoral à Yaoundé, la capitale. Il est notamment reproché à l’ancien DGE, ses multiples «absences répétées» aux réunions et sessions statutaires du Conseil électoral, ainsi que «la gestion opaque et calamiteuse des ressources humaines, matérielles et financières d’ELECAM».


LIRE AUSSI: Cameroun. Présidentielle 2018: le candidat du SDF promet de quintupler le SMIG


Le Conseil électoral déplore également «le climat délétère marqué par la démotivation générale des personnels», à la veille des échéances électorales imminentes (législatives municipales et présidentielle). Toutes choses qui ont un impact sur «l’image de marque, la crédibilité et le rayonnement d’ELECAM», indique le Conseil électoral, dont la décision découle de «l’exploitation minutieuse» des rapports des membres d’ELECAM établis à l’issue des missions dans les démembrements territoriaux et au sein de la diaspora.

Abdoulaye Babale est ainsi éjecté d’ELECAM, trois ans après sa nomination en juillet 2015. C’est sous son magister que les employés étaient entrés en grève pour dénoncer notamment des retards dans le paiement des salaires. Une première dans l’histoire de cette instance créée en 2006.


LIRE AUSSI: Cameroun: Eto’o candidat à la présidentielle, une blague qui passe mal


Erik Essousse prend ainsi les rênes d’ELECAM pour un mandat de cinq ans renouvelable. Il a été officiellement installé dans ses fonctions quelques heures après sa nomination, en l’absence de son prédécesseur qui n’a pas assisté à la passation de service. Il est remplacé au poste de DGAE par Abdoul Karimou, également nommé par décret présidentiel lundi.

L’homme de 67 ans, qui connaît très bien les arcanes de l’administration camerounaise pour y avoir occupé de hautes fonctions au long de sa carrière, est désormais chargé de la préparation et de l’organisation matérielle des opérations électorales et référendaires au Cameroun. Ce «remaniement» au sein d’ELCAM intervient quelques mois avant la tenue de l’élection présidentielle prévue en octobre prochain au Cameroun. Le défi de la nouvelle équipe dirigeante d’ELECAM en cette année électorale est d’assurer la tenue d’élections libres, crédibles et transparentes au Cameroun.





Le 30/05/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi