Fermer

Soudan: El Béchir candidat à sa propre succession en 2020

Publié le 10/08/2018 à 18h13 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Omar El Béchir

Omar El-Béchir, président du Soudan.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le parti au pouvoir au Soudan a désigné l'actuel chef de l'Etat Omar el-Béchir candidat à la présidentielle de 2020 pour un troisième mandat, ont annoncé vendredi les médias étatiques, malgré les restrictions stipulées dans la Constitution.

Le Parti du congrès national a choisi Béchir à l'issue d'une réunion dans la nuit de jeudi à vendredi à Khartoum, selon l'agence de presse officielle soudanaise Suna.

"Nous avons décidé d'engager les démarches nécessaires pour lui permettre de se présenter à la présidentielle de 2020", a déclaré à la presse le chef du conseil consultatif du parti au pouvoir, Kabashor Koko, sans donner davantage de précisions sur ces démarches.

La Constitution soudanaise ainsi que la charte du parti au pouvoir limitent à seulement deux les mandats présidentiels de cinq ans pour une même personne. Ces textes devront donc être amendés si Béchir, âgé de 74 ans, se présente à nouveau pour être élu à la tête du pays.

Béchir a pris le pouvoir en 1989 après avoir chassé par un coup d'Etat Sadek al-Mahdi, le dernier Premier ministre démocratiquement élu du Soudan.


LIRE AUSSI:  Soudan: El-Béchir va enfin nommer un Premier ministre, après 27 ans


Il est la cible de mandats d'arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Darfour (ouest).

Militaire de carrière, Béchir est célèbre pour son penchant populiste, il se présente comme un dirigeant proche du peuple et ses discours se font souvent en arabe dialectal soudanais.

Les deux scrutins présidentiels organisés depuis l'adoption d'une nouvelle Constitution en 2010 ont été critiqués par les défenseurs des droits de l'Homme, pour qui le chef de l'Etat n'a jamais été confronté à des rivaux sérieux. En 2015, il avait d'ailleurs été élu à 94% des voix.

"Isolement du Soudan"

Béchir avait assuré par le passé qu'il ne se présenterait pas pour un troisième mandat, après avoir remporté deux élections marquées par le boycott de l'opposition.


LIRE AUSSI: Soudan: un journaliste condamné à 6 mois prison ferme après un article sur la famille Bechir


"La décision de choisir Béchir en tant que candidat pour un troisième mandat aura un impact sur l'économie du pays: l'isolement du Soudan au sein de la communauté internationale va se poursuivre", a estimé Osman Mirghani, rédacteur en chef du quotidien indépendant Al-Tayar.

Car malgré la levée en octobre 2017 de sanctions imposées par Washington depuis des décennies, l'économie du pays peine à être relancée.

Les Etats-Unis ont en effet maintenu le Soudan sur la liste des pays soutenant le "terrorisme" et les banques étrangères tout comme les investisseurs étrangers restent frileux vis-à-vis du pays, déchiré par des décennies de conflits.

Washington avait imposé en 1997 un embargo commercial au Soudan, accusé de soutien à des groupes islamistes. Le fondateur d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, a vécu au Soudan entre 1992 et 1996.

Outre les sanctions, l'économie soudanaise a subi un coup dur avec la sécession du Soudan du Sud, en 2011, qui l'a amputée de la plus grande partie de ses revenus pétroliers.


LIRE AUSSI: Égypte-Soudan: al-Sissi et el-Béchir tentent d’arrondir les angles sur 3 de leurs différends


Ces dernières années, le pays avait connu plusieurs rébellions dans diverses régions, théâtres d'affrontements sanglants. Le conflit au Darfour a ainsi fait plus de 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés depuis 2003, selon l'ONU. Des milliers de personnes ont également été tuées dans les Etats du Nil Bleu et du Kordofan-Sud.

En 2013, Béchir avait été confronté à un défi de taille quand des milliers de manifestants s'étaient mobilisés pour réclamer son départ.

Le mouvement avait été réprimé par les forces de sécurité et, selon Amnesty International, au moins 200 manifestants avaient été tués. Les autorités avaient fait état de moins de 100 morts.

Par ailleurs, plusieurs manifestations antigouvernementales réprimées par la police ont eu lieu en 2016, notamment après l'annonce par Khartoum d'une forte hausse du carburant dans le cadre d'une série de réformes économiques.
Le 10/08/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi