Fermer

Ouganda: un Français et un Rwandais expulsés pour des raisons de sécurité intérieure

Mise à jour le 22/01/2019 à 13h37 Publié le 22/01/2019 à 13h35 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Ouganda: un Français et un Rwandais expulsés pour des raisons de sécurité
© Copyright : DR

#Autres pays : Les autorités ougandaises ont expulsé du pays un Français et une Rwandaise occupant des postes à responsabilités au sein de la société de télécoms MTN Ouganda, accusés de "compromettre la sécurité nationale", a annoncé mardi la police.


La police rwandaise reproche à Olivier Prentout, un Français, et Annie Bilenge Tabura, une Rwandaise, des "actes qui compromettent la sécurité nationale", a indiqué Polly Namaye, porte-parole de la police, dans un communiqué.

"Nous pensons fermement que la déportation de ces deux étrangers, qui utilisaient leur emploi afin d'atteindre de vils objectifs, nous a permis de les empêcher de réaliser leur plan consistant à compromettre la sécurité nationale", a ajouté la même source sans préciser en quoi consistent ces "plans" allégués.

MTN Ouganda, filiale du groupe sud-africain MTN, a confirmé dans un communiqué que ses deux employés ont été expulsés du pays, tout en exprimant son engagement à opérer "en respectant les lois du pays".


>>>LIRE AUSSI: Algérie. Syriens expulsés: Alger évoque des "terroristes" parmi eux et crie au "complot de puissances régionales"

Olivier Prentout, directeur marketing de MTN Ouganda, a été arrêté samedi à l'aéroport international d'Entebbe à son retour d'un voyage d'affaires. Annie Bilenge Tabura, directrice des ventes et de la distribution, a été arrêtée lundi à son arrivée aux quartiers généraux de MTN Ouganda, à Kampala, a précisé la société de télécoms.

Ils ont ensuite été expulsés vers la France et le Rwanda, respectivement.

MTN Ouganda a par ailleurs affirmé ne pas être au courant d'une "quelconque enquête le concernant sur une violation alléguée de la sécurité nationale". En juillet 2018, MTN Ouganda avait dit avoir été la cible d'une perquisition menée par des personnes affirmant appartenir aux services de renseignements ougandais.

La société de télécoms avait à l'époque qualifié cette action de "criminelle" et soutenu que deux de ses contractants avaient été "kidnappés" par ces hommes, et forcés à leur fournir l'accès au principal centre de données de MTN Ouganda.


>>>LIRE AUSSI: Union africaine: l'intégration bute encore contre les expulsions massives

Le Rwanda et l'Ouganda entretiennent des relations tendues ces dernières années et s'accusent mutuellement d'espionnage.

L'Ouganda a déjà arrêté à plusieurs reprises par le passé des Rwandais soupçonnés d'espionnage, alors que le Rwanda accuse son voisin du nord de soutenir, avec le Burundi, des rebelles opposés au président rwandais Paul Kagame.
Le 22/01/2019 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi