Fermer

Cameroun: les leaders séparatistes conviés au «grand dialogue national»

Mise à jour le 28/09/2019 à 14h37 Publié le 28/09/2019 à 14h35 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Politique
Cameroun: les leaders séparatistes conviés au «grand dialogue national»
© Copyright : DR

#Autres pays : Des invitations ont été envoyées à 16 chefs sécessionnistes exilés à l’étranger pour participer à ces assises qui s’ouvrent le 30 septembre prochain à Yaoundé.


Le «grand dialogue national» convoqué par le président de la République, Paul Biya, se fera avec les séparatistes. En effet, le gouvernement camerounais a envoyé des invitations à 16 leaders séparatistes, exilés à l’étranger, pour participer à ces assises qui s’ouvrent lundi prochain à Yaoundé, la capitale, afin de trouver une issue à la crise anglophone qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis octobre 2016.

Lesquelles invitations sont largement partagées sur les réseaux sociaux au Cameroun. Certains leaders séparatistes ont décliné l’invitation des autorités camerounaises. Il s’agit notamment des chefs de guerre Cho Ayaba et Ebenezer Akwanga, et l’activiste pro-séparatiste Marc Bareta.

«Nous, les leaders des différents groupes, organisations et mouvements séparatistes, n'avons jamais été invités et nous ne sommes pas intéressés par ce soi-disant "dialogue national" avec la République du Cameroun», a déclaré  Ebenezer Akwanga.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun-Crise anglophone: le Premier ministre lance un appel à contribution pour le «grand dialogue national»

Selon ce dernier, le Cameroun veut, à travers ce dialogue, jeter «de la poudre aux yeux à la communauté internationale plutôt que de trouver une solution complète et durable à la raison pour laquelle nous sommes en guerre : l'annexion de notre patrie, Southern Cameroon». Marc Bareta, très influent sur Internet, a quant à lui adressé une lettre au Premier ministre, Joseph Dion Ngute, pour lui signifier son intention de ne pas prendre part à ses assises, rapporte le site Journalducameroun.com.

D’autres leaders séparatistes invités ont, quant à eux, posé comme préalables à leur participation à ce dialogue, outre des garanties pour leur sécurité, la libération de tous les prisonniers arrêtés dans le cadre de la crise anglophone et le retrait de l’armée des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun. Crise anglophone: la vidéo d'une femme enterrée vivante suscite l'émoi

Le «grand dialogue national» qui se tient du 30 septembre au 4 octobre 2019 est placé sous la coordination du Premier ministre. Ce dialogue est destiné, «dans le cadre de notre Constitution, à examiner les voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi de toutes les autres composantes de notre nation», avait déclaré le chef de l’Etat en convoquant ces assises le 10 septembre dernier.


Le 28/09/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

à lire aussi