Fermer

Crise du barrage de la Renaissance: une rencontre entre l'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie à Washington

Mise à jour le 30/10/2019 à 12h03 Publié le 30/10/2019 à 11h59 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Barrage de la Renaissance
© Copyright : DR

#Autres pays : Une rencontre ministérielle entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie se tiendra le 6 novembre à Washington au sujet du barrage sur le Nil Bleu, au coeur des tensions entre les trois pays, a annoncé mardi le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Choukri.

“Les trois pays se rencontreront aux Etats-Unis le 6 novembre (…) afin de sortir de l’impasse les négociations concernant le barrage de la Renaissance” (GERD), a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec son homologue allemand Heiko Maas.

Le principe de cette rencontre avait été déjà acceptée par Le Caire, mais sa date n’avait pas encore été connue.

Le Caire craint que la construction du GERD, entamée en 2012 par l’Ethiopie, n’entraîne une réduction du débit du fleuve du Nil Bleu, dont l’Egypte dépend à 90% pour son approvisionnement en eau.


LIRE AUSSI: Egypte-Ethiopie: Al-Sissi hausse le ton sur le barrage de la Renaissance


Début octobre, des négociations à Khartoum entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie avaient abouti à une “impasse”, selon Le Caire, alors que les pourparlers sont bloquées depuis neuf ans.

L’Egypte cherche à obtenir une médiation internationale sur le GERD, censé devenir la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique, avec une production de 6.000 mégawatts.

L’Ethiopie a annoncé que le gigantesque barrage de quatre milliards de dollars devrait commencer à produire de l‘électricité d’ici fin 2020 et serait complètement opérationnel d’ici 2022.


LIRE AUSSI: Egypte-Ethiopie-Soudan: nouvel échec des négociations sur le différend du barrage de la Renaissance d’Ethiopie


L’Egypte demande un minimum annuel garanti de 40 milliards de m3 -ce à quoi l’Ethiopie n’a pas donné son accord- et évoque un “droit historique” sur le fleuve, garanti par une série de traités.

Alors que le Nil bleu est le plus long fleuve du monde et sert d’artère vitale en Afrique de l’Est pour les 10 pays qu’il traverse, l’absence d’accord entre l’Ethiopie, le Soudan et l’Egypte pourrait susciter un conflit aux graves conséquences humanitaires, craignent des analystes.
Le 30/10/2019 Par Le360 Afrique - Afp