Fermer

Libye: Erdogan, seul contre tous, fonce tête baissée

Mise à jour le 02/01/2020 à 16h30 Publié le 02/01/2020 à 13h25 Par Djamel Boutebour

#Politique
Libye: Erdogan, seul contre tous, fonce tête baissée
© Copyright : DR

#Autres pays : D'un côté il y a Recep Tayyip Erdogan et le gouvernement de Fayyez El Serraj, de l'autre, aux côtés du maréchal Haftar, on peut identifier au moins quatre gros soutiens et deux autres qui pourraient confirmer leur implication. Mais le président turc évoque un enjeu régional et fonce tête baissée.


Recep Tayyip Erdogan ne compte pas reculer dans son attitude de va-t-en-guerre en Libye. Il ira mener une guerre ouverte contre le maréchal Haftar. Ce faisant, il est également en guerre, par les troupes de l'armée de Tobrouk interposées, contre les Emirats Arabes Unis, l'Arabie Saoudite et l'Egypte, mais aussi contre la Russie. Et si le Soudan ou le Tchad concrétisent leur soutien diplomatique envers Khalifa Haftar, Erdogan et son armée les auront également sur le dos. Mais, visiblement, c'est une perspective qui ne fait pas peur à l'homme fort d'Ankara qui ne cesse de gonfler les muscles.

Il estime que l'offensive des forces du maréchal Khalifa Haftar est "une menace contre les intérêts turcs en Méditerranée et en Afrique du nord". C'est en tout cas l'expression utilisée dans la motion soumise au Parlement pour adoption, aujourd'hui jeudi 2 janvier.


>>>LIRE AUSSI: Libye: voici le message subliminal de Macron et Sissi à Erdogan

Le gouvernement turc sera ainsi autorisé par l'appareil législatif à envoyer des troupes "au sol, en mer et dans les airs si nécessaire", selon l'homme fort d'Ankara. L'objectif affiché est de faire en sorte que l'accord signé en novembre dernier, définissant le tracé de la frontière maritime entre la Turquie et le gouvernement d'entente nationale (GNA) de Fayyez El-Serraj, ne soit pas caduc.

Donc, officiellement pour Erdogan, il s'agit de mettre en avant un enjeu régional, afin de rééquilibrer les forces avec ses rivaux que sont les pays arabes du Golfe, en l'occurrence les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite, pour ne pas les nommer, mais également son voisin d'en face qu'est l'Egypte.

Justement, l'Egype de Abdelfattah Al-Sissi a de grandes prétentions sur la zone concernée par l'accord de tracé des frontières signé entre Ankara et Tripoli. Une zone potentiellement très riche en gaz. La Grèce et Chypre, pour les mêmes raisons, grincent des dents, parce qu'ils estiment eux aussi avoir des droits sur les ressources qui pourraient s'y trouver. Israël aussi voudrait bien avoir sa part.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Libye: Tebboune réunit l'armée algérienne pour se prémunir de l'aventurisme d'Erdogan

La Turquie risque de faire cavalier seul dans ce qui risque de plonger la Libye dans une guerre interminable. En effet, bien que membre de l'OTAN, Ankara ne pourra pas convaincre les autres pays de l'accompagner dans son aventurisme militaire. D'une certaine façon, Erdogan veut même montrer aux Européens qu'ils sont lents, hésitants et inefficaces face au problème libyen. Alors que l'Espagne, l'Italie, la France ou encore la Grèce ne veulent pas déstabiliser davantage ce pays d'Afrique du nord.

Le président turc a essayé d'activer sa machine diplomatique en direction de la Tunisie et de l'Algérie, mais ces deux pays savent qu'ils seront les premiers à payer les pots cassés si la situation venait à être incontrôlable. Du coup, ils ont maintenu leur ligne de conduite en mettant en avant leur neutralité. Ce qui n'a pas découragé la Turquie pour autant.

Dans quelques jours, les premiers soldats de l'armée turque débarqueront à Tripoli pour prendre part à la guerre aux côtés des milices qui défendent le gouvernement de Fayyez El-Serraj contre les troupes du maréchal Haftar qui commençaient à prendre le dessus.


>>>LIRE AUSSI: Libye: les 25 milliards de raisons d'Erdogan de soutenir Tripoli contre Haftar

D'ailleurs, certaines sources affirment que les Turcs n'ont pas attendu le feu vert de leur parlement pour envoyer des troupes en Libye. Une enquête menée par Radio France Internationale a permis de mettre en lumière l'arrivée en Libye de plusieurs centaines de mercenaires syriens pro-turcs. Ils sont recrutés auprès de "l'Armée syrienne libre" qui mène une guerre contre Bachar El Assad.

Une source de RFI parle de 300 à 500 combattants syriens qui sont arrivés récemment à Tripoli, alors que 1000 autres sont déjà transportés vers la Turquie en attendant d'être acheminés vers la Libye.

"Des bureaux d'inscription sont ouverts pour les combattants désireux d'aller combattre en Libye, dans les zones sous occupation turque au nord de la Syrie, précisément à Afrin. A présent, on est sûr que des combattants appartenant à ce qu'on appelle "l'armée nationale", ces forces fidèles à la Turquie, ont été transférés en Libye. Il y a au moins 500 combattants qui sont déjà en Libye. Des centaines d'autres se préparent à s'y rendre. En réalité, ce ne sont que des mercenaires parce qu'ils combattent hors de la Syrie, au service de la Turquie, non pas pour une cause mais pour de l'argent tout simplement", souligne Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Visite inopinée d'Erdogan à Tunis pour parler de la Libye

C'est dire que la Turquie, certes seule contre au moins quatre autres bélligérents, est en train de mettre dans cette guerre des moyens que ses adversaires n'y mettent pas. Elle pourrait alors la gagner, ou du moins prendre une avance que le camp d'en face aura du mal à rattraper.

Le 02/01/2020 Par Djamel Boutebour

à lire aussi