Fermer

Afrique du Sud. Covid-19: British American Tobacco intente un procès contre l'interdiction de vente de tabac

Mise à jour le 29/05/2020 à 19h04 Publié le 29/05/2020 à 18h51 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Cigarette British American Tobacco
© Copyright : DR

#Autres pays : Le groupe British American Tobacco (BAT) a annoncé vendredi avoir saisi la justice sud-africaine pour contester l'interdiction des ventes de tabac. Controversée, la mesure a été imposée par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus.

Les 57 millions d'habitants d'Afrique du Sud vivent depuis deux mois sous le régime d'un confinement national très strict. Il doit être allégé à partir du 1er juin, pour donner un peu d'air à son économie en récession.

En annonçant la semaine dernière cet assouplissement, le président Cyril Ramaphosa a levé l'interdiction des ventes d'alcool, mais maintenu celle des cigarettes "en raison des risques sanitaires liés au tabagisme".

Cette décision a provoqué la colère des industriels et des commerçants de tabac, qui négocient depuis des semaines un feu vert à la reprise de leurs activités.


LIRE AUSSI: Afrique du Sud. Covid-19: vente d'alcool autorisée, levée du couvre-feu, commerces rouverts au 1er juin


Le numéro 1 du marché sud-africain, BATSA, filiale locale du géant British American Tobacco (BAT), a porté vendredi l'affaire devant la justice. "Étant donné la situation et l'absence de réponse, malgré nos sollicitations, du gouvernement, nous engageons une action urgente en justice", a fait savoir un de ses responsables, Johnny Moloto, dans un communiqué.

"Nous devons à nos consommateurs, à nos clients et à nos employés, de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger le marché légal du tabac en Afrique du Sud et pour mettre rapidement un terme à la prohibition qui visent nos produits", a poursuivi Moloto.


LIRE AUSSI: Afrique du Sud: l'industrie aéronautique au bord du gouffre


BATSA détient 78% du marché sud-africain de la cigarette et a contribué, à travers les taxes, à hauteur de 13 milliards de rands (670 millions d'euros) au budget de l'Etat.

Le recours du groupe a reçu le soutien d'autres producteurs, de vendeurs et d'associations de fumeurs, qui affirment que l'interdiction nourrit un juteux trafic de produits de contrebande.
Le 29/05/2020 Par Le360 Afrique - Afp