Fermer

L'Afrique du Sud souhaite lancer un nouveau programme nucléaire civil

Mise à jour le 15/06/2020 à 17h48 Publié le 14/06/2020 à 18h59 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Energie nucléaire
© Copyright : DR

#Autres pays : L'Afrique du Sud a engagé des discussions avec l'industrie nucléaire civile en vue d'un programme d'une capacité de 2.500 mégawatts pour tenter de résoudre le problème récurrent des délestages dans le pays, a annoncé le ministère de l'Energie dimanche.

La principale source d'électricité de l'Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, est le charbon. Mais ses centrales à charbon sont vieillissantes et mal entretenues, provoquant depuis deux ans des pannes d'électricité à répétition qui handicapent gravement l'activité économique du pays, en récession.

Dans ce contexte, le gouvernement a décidé d'obtenir des informations sur "le coût" et la "durabilité" d'un programme nucléaire d'une capacité de 2.500 MW, selon un communiqué du ministère de l'Energie publié dimanche.


LIRE AUSSI: Afrique: une inquiétante ruée vers l’énergie nucléaire


Les partenaires intéressés sont appelés à se faire connaître auprès des autorités sud-africaines."Compte tenu du long délai de production d'une nouvelle capacité nucléaire, une planification en amont est nécessaire pour sécuriser l'approvisionnement en énergie" de l'Afrique du Sud, a ajouté le ministère de l'Energie.

L'Afrique du Sud est le seul pays du continent à avoir une énergie nucléaire civile. Ses deux réacteurs de la centrale de Koeberg (sud-ouest), en service depuis plus de 30 ans. produisent 1.860 mégawatts, soit environ 4% de l'énergie totale du pays.


LIRE AUSSI: Algérie: une centrale nucléaire en 2025


L'ex-président sud-africain Jacob Zuma, contraint à la démission en 2018, avait lancé un projet pharaonique de six à huit nouveaux réacteurs d'une capacité totale de 9.600 MW. Mais son prix estimé, supérieur à 1.000 milliards de rands, soit environ 52 milliards d'euros, faisait polémique dans un pays à l'économie fragile depuis une décennie.

Plusieurs pays, dont la Russie, la France, la Corée du Sud et les Etats-Unis, s'étaient à l'époque mis sur les rangs.
Le 14/06/2020 Par Le360 Afrique - Afp