Fermer

Cameroun: deux prêtres nigérians morts noyés

Publié le 15/11/2018 à 10h41 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Noyade
© Copyright : DR

#Autres pays : Les corps sans vie de deux futurs prêtres ont été retrouvés dans la matinée du mercredi 14 novembre 2018, flottant sur les eaux du petit barrage de Mokolo, dans la région de l’Extrême-Nord du pays. Les deux hommes étaient portés disparus depuis le 11 novembre dernier.

Les corps sans vie de deux futurs prêtres nigérians ont été retrouvés aux premières heures de la matinée ce mercredi 14 novembre 2018, flottant sur les eaux du petit barrage de Mokolo, dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, rapportent des sources sur place.

Jean Bruno Nwachuku et Stanley Ogueme étaient portés disparus depuis le 11 novembre dernier. Ils faisaient partie d’un groupe de 12 personnes arrivé au Cameroun pour un séminaire au pré-noviciat des Oblats de Marie Immaculée de Mokolo, localité frontalière du Nigeria.


LIRE AUSSI: Cameroun: mort mystérieuse d'un autre prêtre


Lors d’une balade ce jour-là, les deux pré-novices ont décidé de se baigner, alors que leurs camarades se contentaient de découvrir le paysage autour d’eux, d'après nos sources. Il ne se sont pas sortis vivants de leur équipée.

Leur disparition avait été signalée dans la soirée, une fois le reste du groupe de retour au centre de formation.

Alertées, les autorités administratives ont aussitôt fait appel aux sapeurs-pompiers, dont la base se trouve à Maroua, la capitale régionale, située à près de 80 kilomètres de Mokolo.


LIRE AUSSI: Cameroun: mystérieux décès d'un prêtre en Italie


Les recherches menées pendant deux jours, de lundi à mardi dernier, se sont révélées infructueuses.

Jusqu’à ce matin du mercredi 14 novembre, lorsqu’à leur arrivée sur les lieux, les sapeurs-pompiers ont découvert les deux corps flottant sur l’eau. Une enquête a été ouverte pour élucider cette affaire.

Les dépouilles des deux défunts se trouvent actuellement dans la morgue de l’hôpital régional de Maroua. Elles seront prochainement rapatriées au Nigeria, sur demande de leurs familles respectives, selon des sources officielles.


Le 15/11/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi