Fermer

Accidents de la route: le Cameroun, mauvais élève derrière l’Ouganda

Mise à jour le 13/05/2019 à 12h05 Publié le 13/05/2019 à 12h01 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
accidents
© Copyright : DR

#Autres pays : Ces deux pays sont les deux nations qui enregistrent le plus grand nombre d’accidents de la route, selon la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique.

Les routes ougandaises et camerounaises sont les plus meurtrières d’Afrique, selon la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA).

Les examens de performance en matière de sécurité routière, entrepris conjointement par la CEA et le secrétariat de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la sécurité routière, révèlent l’ampleur du problème de la sécurité routière dans ces deux pays.

Au Cameroun, 16.583 accidents de la route et 1.500 décès sont enregistrés en moyenne chaque année.

Le risque de mortalité sur les routes est estimé à 26,7 pour 100.000 habitants. En Ouganda, l’indice de gravité des accidents est de 24 personnes tuées pour 100 accidents de la route.


LIRE AUSSI: Cameroun. Accidents de la route: le pays a perdu 908 milliards de FCFA en 5 ans

En moyenne, 10 personnes périssent chaque jour dans des accidents de la circulation dans ce pays, le niveau le plus élevé d’Afrique de l’Est, rapporte la CEA.

Le coût annuel global des accidents de la route en Ouganda est actuellement estimé à environ 1,2 milliard de dollars, soit 5% du PIB.

Au Cameroun, les accidents de la circulation font perdre à l’économie nationale près de 100 milliards de francs CFA chaque année, soit 1% du PIB du pays.

La situation dans ces deux pays reflète celle de l’ensemble du continent, indique la CEA. «Les recherches de la CEA montrent que les pays africains ont de piètres résultats en matière de gestion de la sécurité routière», soutient cet organisme onusien.


LIRE AUSSI: Cameroun. Accidents de circulation: Paul Biya prône des «sanctions appropriées»


«Beaucoup de nos pays ont des arrangements institutionnels, des finances et des données inadéquats pour faire face au carnage sur nos routes», a indiqué la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, à l’occasion de la cinquième Semaine mondiale de la sécurité routière de l’ONU, tenue du 6 au 12 mai dernier à Addis-Abeba, en Ethiopie.

Une campagne qui s’inscrit dans le cadre de la Décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020, dont l’objectif est de stabiliser et de réduire le nombre de décès de la route prévus dans le monde.

Selon les experts, les accidents de la route coûteraient la vie à 1,9 million de personnes chaque année d’ici 2020.

Afin d’assurer la sécurité routière dans le monde, la CEA appelle à un «leadership fort» aux niveaux national et local pour limiter les accidents de la route, les blessures et les décès.
Le 13/05/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell